De Jonge, Krista - Ottenheym, Konrad (éd.): Unity and Discontinuity. Architectural Relationships between the Southern and Northern Low Countries (1530-1700), VIII+428 p., 342 b/w ill., 220 x 280 mm, 2007, Paperback, ISBN 978-2-503-51366-9, EUR 89.00
(Brepols Publishers, Turnhout 2007)
 
Compte rendu par Alain Salamagne, Université de Tours
(alain.salamagne@univ-tours.fr)

 
Nombre de mots : 1149 mots
Publié en ligne le 2014-06-19
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=1300
Lien pour commander ce livre
 
 

 

          Le livre a pour objet l’étude de l’architecture et des relations artistiques entre les Pays-Bas du Nord et du Sud entre 1530 et 1700 (« early modern architecture »), avant et après leur séparation qui fut finalement entérinée par le traité de Westphalie en 1648. L’approche historiographique des Pays-Bas du Nord et du Sud a été longtemps abordée de manière artificielle, en particulier pour le XVIIe siècle en raison d’une historiographie du XIXe siècle qui respectait les frontières politiques du temps. Les auteurs ont donc eu pour but de revisiter cette dernière afin de préciser les caractéristiques, les proximités comme les dissemblances des projets architecturaux qui y furent menés. Fruit  d’une recherche commune conduite aux universités de Leuven (Louvain) et Utrecht durant une dizaine d’années par Krista De Jonge et Konrad Ottenheym, le résultat en est un gros volume de 428 pages dont ils sont non seulement les directeurs mais aussi les principaux auteurs.

 

          Le terme d’unité contenu dans le titre renvoie à l’idée d’une tradition commune d’une architecture « simple » et  d’un usage strict du langage architectural classique adoptant les règles de Vitruve interprétées par Palladio et surtout Scamozzi, celui de discontinuité à la séparation opérée à partir de 1630 entre les deux entités politiques des anciens Pays-Bas, ceux du Sud développant des formes plus riches. Ces courants évoluèrent ensuite indépendamment, à partir d’un fond issu de la tradition architecturale commune du XVIe siècle, évolutions accentuées dans la première moitié du XVIIe siècle par les clivages politiques incarnés par l’installation de deux cours dans des capitales différentes, à Bruxelles et à la Hague.

 

          Après une introduction posant le contexte, le corps du texte est structuré en quatre parties, la première concernant la réception de l’Antique, la seconde le débat autour de la théorie architecturale, le troisième les commanditaires et la commande entre 1600 et 1700 ; la dernière partie traite du commerce des matériaux (Building Materials and Trade. Changes in the Organisation of the Building Industry between North ans South 1500-1650) mais, curieusement, ne possède qu’un seul chapitre qui n’aborde, malgré l’énoncé, que les Pays-Bas du Nord et qui aurait donc légitimement appelé l’équivalent pour ceux du Sud.

 

          Les divers chapitres procèdent à la fois d’une réflexion générale concernant la réception de l’Antique et l’introduction de l’Italianisme, le rôle des artistes, en particulier des artistes de cour, celui des traités d’architecture et la place des débats d’idée entre concepteurs et exécutants (très riche contribution de Krista de Jonge). Le rôle des représentants des grandes familles aristocratiques (les Brimeu, Lannoy, Croy, Lalaing, etc.), qui a été essentiel dans la définition de l’architecture moderne des années 1500, est à juste titre souligné sans que leur niveau de culture et les relations entretenues avec l’Italie soient abordées.

 

          À côté des commandes de cour -  civique ou religieuse - sont scrutés le réseau des maîtres d’œuvre, le rôle de la dynastie des maîtres maçons de la famille Keldermans qui ont occupé une place essentielle autour des années 1500 dans l’invention de nouveaux partis architecturaux, des formes des colonnes au choix de l’appareil brique et pierre en alternance d’assises, conférant ainsi cette polychromie particulière aux monuments de la Renaissance dite flamande. Krista de Jonge les crédite encore de l’invention du clocher à bulbe, qui allait si merveilleusement couronner les volumes des tours ou des pavillons et constituer une particularité de l’architecture des Pays-Bas qui n’a pas d’équivalent en France.

 

          Vers 1600, les architectes et ingénieurs archiducaux, dont Mathieu et Sylvain Bollin, ou encore Wenceslas Coberger (vers 1557-1634), eurent une double pratique : comme architectes, ils donnèrent des projets pour de nombreux édifices d’architecture civile, hôtels de ville ou bâtiments publics, et comme ingénieurs (pour les Bollin), ils intervinrent sur les chantiers des fortifications des frontières méridionales (Arras, Landrecies, Lille, Valenciennes, etc.) ou pour l’assèchement des marais de Flandre (Wenceslas Coberger).

 

          Est encore analysé le répertoire architectural des formes nouvelles, (les colonnes, la niche, le fronton brisé, etc.), la montée du classicisme en Hollande qui procède d’une application stricte des règles d’architecture, le rôle de Pierre Paul Rubens, les programmes constitués par la construction des temples et des églises de la Contre-Réforme, celle des Jésuites en particulier, la continuité des formes du gothique …

 

            L’ouvrage offre donc en final une très bonne synthèse de l’architecture des anciens Pays-Bas dans une confrontation entre le Nord et le Sud, qui renouvelle ou complète l’historiographie antérieure.

 

          Une véritable cartographie historique qui viendrait préciser au lecteur les limites de ces frontières fluctuantes fait malheureusement défaut. En effet, la carte la plus détaillée (p. 300), celle des carrières, confond le grand centre producteur d’Avesnes-le-Sec, avec la ville d’Avesnes située 70 km plus à l’est, excluant ainsi la plus grande partie du bassin carrier de l’Ostrevant et du Cambrésis, le grand centre exportateur des anciens Pays-Bas jusqu’à la fin du XVe siècle. C’est, en définitive, le seul regret que nous aurons sur ce bel ouvrage : une prise en compte insuffisante, dans la notion du Sud des anciens Pays-Bas, des territoires français actuels (autrefois l’Artois ou la Flandre wallonne), qui atteste que la notion de frontière n’a pas totalement disparu.

 

 

Sommaire

 

Konrad Ottenheym, « Unity and Discontinuity in the historiography of the Low Countries »

 

Première Partie : The First Reception of the Antique

 

Introduction : Italy as a Beacon ?

Krista De Jonge

- Chapitre I : « Anticse Wercken » : Architecture in the Antique Manner 1500-1530

Krista De Jonge

- Chapitre II : Standardizing Antique Architecture 1539-1543

Krista De Jonge

-Chapitre III : Antiquity Assimilated : Court Architecture 1530-1560

Krista De Jonge

-Chapitre IV : A Model Architect : Jacques Du Broeucq 1540-1555

Krista De Jonge

 

Seconde partie. Architectural Theory, Antique and Modern 1560-1640

 

Introduction : Antique vs. Modern ?

Konrad Ottenheym et Krista De Jonge

- Chapitre I : Of columns et Wooden Piles. The Foundations of Architectural Theory in the Low Countries 1560-1625.

-Chapitre II : Architectura Moderna. The Systemization of Architectural Ornament around 1600

Konrad Ottenheym

 

-Chapitre III : La vera simmetria conforme le regole degli antichi. Rubens and Huyghens on Vitrivius

Konrad Ottenheym

 

Troisième Partie. Patrons and Patronage 1600-1700

 

-Chapitre I : The Production Process of Architecture within the Context of the Courts, 1580-1700

Krista De Jonge et Konrad Ottenheym

-Chapitre II : Civic Prestige. Building the City 1580-1700

Konrad Ottenheym et Krista De Jonge

-Chapitre III : For the Greater Glory of God. Religious Architecture in the Low Countries 1560-1700

Joris Snaet

 

Quatrième partie : Building Materials and Trade

 

-Chapitre I : Building Materials and Trade. Changes in the Organisation of the Building Industry between North ans South 1500-1650

Gabri van Tussenbroek

 

Conclusions : Continuity and Change in the Architectural Relations between the Southern and Nortern Low Countries 1530-1700

Konrad Ottenheym et Krista De Jonge

 

Epilogue : Acculturation, Transculturation, Cultural Difference and Diffusion

Thomas DaCosta Kaufman

 

Bibliographie

Index