Eberhard Cotton, Giselle (dir.): La Collection Toms. Tapisseries du XVIe au XIXe siècle. 340 p., 24x29,7 cm, env. 300 ill. couleur et n/b, relié avec jaquette. ISBN 978-3-7212-0732-3, 60€
(Fondation Toms Pauli, Lausanne et Niggli Verlag, Sulgen 2010)
 
Compte rendu par Pierre Vaisse, Université de Genève
(pierre.vaisse@unige.ch)

 
Nombre de mots : 1555 mots
Publié en ligne le 2012-01-05
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=1309
Lien pour commander ce livre
 
 


          La publication de ce somptueux catalogue, dont existe également une version anglaise, se situe au croisement de deux histoires, celle d’une discipline et celle d’un legs aussi exceptionnel qu’inattendu. La discipline, c’est l’histoire de la tapisserie, de cet art qui, du XIVe au XIXe siècle, joua un rôle majeur en Europe occidentale tant par la fonction qu’il assumait dans la décoration des églises et des palais ou des demeures aristocratiques que par l’importance économique qu’avait prise la production des œuvres en raison à la fois du prix des matériaux utilisés et du nombre des agents concernés. Longtemps négligée par la plupart des historiens de l’art, réduite à une étroite spécialité cultivée par quelques érudits, l’histoire de la tapisserie connaît depuis plus de vingt ans un développement remarquable dont l’un des foyers fut et reste l’Université catholique de Louvain grâce au professeur Delmarcel, l’un des auteurs du présent catalogue, et dont témoignent tant le très utile site Studies in Western Tapestry (http://www.studiesinwesterntapestry.net/) que le programme Arachné lancé par Pascal-François Bertrand, sans parler de nombreuses publications récentes.

 

          L’autre histoire, qui tient du conte de fées, est celle d’une collection réunie par un richissime couple d’Anglais qui avait acquis en 1958, pour s’y retirer, le petit château de Coinsins près de Nyon, entre Genève et Lausanne. Lui, Reginald Toms, d’origine modeste, mais doué d’un sens peu commun des affaires, mourut en 1978 ; sa femme, de quinze ans plus jeune, lui survécut jusqu’en 1993. Pendant la dizaine d’années qui suivit leur installation en Suisse, ils constituèrent, surtout par l’intermédiaire d’un antiquaire de Londres qui suivait pour eux les ventes aux enchères, une importante collection de meubles, de tableaux, de tapis d’Orient et plus particulièrement de tapisseries qu’ils accrochèrent dans toutes les salles du château et dans deux granges aménagées pour les recevoir.

 

          À sa mort, Mary Toms léguait par testament le château et son contenu ainsi que les terres attenantes au canton de Vaud à la seule condition que les tapisseries fussent conservées groupées. Après inventaire, il fut donc décidé de conserver l’ensemble des tapisseries augmenté de textiles (surtout des broderies) en rapport avec l’art de la tapisserie en Occident ; d’attribuer un certain nombre d’objets à des musées et des institutions locales ou régionales ; enfin, de vendre le reste des collections ainsi que le château. La vente des œuvres eut lieu à Londres, chez Sotheby’s, du 7 au 9 juin 1995 ; elle fit l’objet de deux catalogues, l’un, de 647 numéros pour les peintres, les objets d’art et les meubles, l’autre, de 140 numéros, pour les tapis. Les invendus revinrent au canton de Vaud en 1996.

 

          Cette vente, puis celle du château, assura le financement de la restauration des tapisseries dans les ateliers de la Manufacture royale De Wit à Malines. Quelques-unes furent exposées, six d’entre elles dès juin 1995 à Lausanne, puis vingt-trois à Payerne en 1997, avant d’autres expositions qui firent largement connaître les plus remarquables d’entre elles. En 2000, le canton réunissait cette collection à celle d’œuvres textiles contemporaines en possession de l’Association des Amis de Pierre Pauli sous l’égide d’une seule fondation destinée à les gérer. Malheureusement, celle-ci ne dispose pas d’un espace suffisant pour montrer en permanence, sinon la totalité, du moins la plus grande partie des œuvres qu’elle conserve. En décidant de vendre le château de Coinsins et l’essentiel des collections réunies par les Toms pour financer la restauration des tapisseries, le canton de Vaud a sans doute choisi la voie la plus raisonnable, parce que la plus économique et la plus simple. Il y était encouragé par cette constatation que « l’ensemble décoratif et mobilier réuni par Reginald Toms ne représentait pas un intérêt historique et esthétique pour être conservé et présenté tel quel dans le château de Coinsins », comme l’écrivait Denis Weidmann en 1997. Mais si l’entassement d’œuvres de qualité très inégale que montrent les photographies de l’intérieur du château ne possédait guère, en l’état, qu’un intérêt documentaire, il eût été possible, en conservant les plus belles pièces (et les belles pièces étaient nombreuses, qu’il s’agît de meubles, de tapis d’Orient ou d’objets d’art) de transformer le château en un musée d’art décoratif où aurait pu se déployer une bonne partie de la collection de tapisseries et qui aurait sans doute répondu au goût d’un public que n’attire guère le Musée de Design et d’Art appliqué contemporain de Lausanne.

 

          Reste donc cette collection de tapisseries dont quelques pièces sont visibles au gré d’expositions où elles sont présentées. Dire qu’elle était totalement inconnue serait inexact, bien que le couple Toms ait mené sur les bords du Léman une vie discrète et retirée : après l’achat par la Confédération du château de Prangins, près de Nyon, pour servir d’annexe au Musée national de Zurich, Reginald Toms avait pris contact avec son directeur et, plus tard, sa veuve contacta la Fondation Abegg, qui ne crut pas devoir donner suite à ses propositions. En 1980, elle avait déjà offert au canton de Vaud une pièce d’une tenture de Scipion pour la salle de réception de la maison de l’Élysée à Lausanne (cat. n° 15). C’est après sa mort, toutefois, que l’on put mesurer l’ampleur et la richesse de la collection de tapisseries, et c’est le présent catalogue qui la révèle enfin dans son entier.

 

          Il ne comprend que les tapisseries proprement dites, de haute ou de basse lisse, le catalogue des autres textiles de la collection Toms conservés par le canton devant faire l’objet d’un second volume. Selon l’habitude, elles ont été groupées par pays de tissage (et pour la France par villes, Paris, Beauvais, Lille et Aubusson), à l’exception des tapisseries d’ameublement réunies dans un dernier chapitre. Aux tapisseries flamandes a été ajoutée une paire de bordures donnée au canton en 2002 (cat. n° 5), qu’il eût été aberrant de ne pas intégrer dans leur ensemble.

 

          Aucune pièce antérieure au début du XVIe siècle ne figure dans la collection, soit que les tapisseries de la fin du Moyen Âge qui passaient en vente aient alors atteint des prix trop élevés pour les Toms ou parce que leur goût les portait vers l’époque qu’on appelle baroque – les meubles et les tableaux qu’ils avaient réunis confirmant plutôt la seconde hypothèse. À l’autre extrémité chronologique, la collection s’arrête au XIXe siècle, d’ailleurs faiblement représenté par deux portières armoriées sorties de la Manufacture royale de Windsor (1884-1886) et des tissus d’ameublement, surtout des garnitures de sièges exécutées à Aubusson dans un goût qui rappelle les XVIIe et XVIIIe siècles – trois ensembles analogues, dans les styles Louis XV et Louis XVI, figurant aussi au catalogue de la vente de 1995, ce qui illustre bien le goût des collectionneurs. Une Sibilla Persica tranche par son archaïsme néo-Renaissance ; si le lieu de tissage en reste inconnu, elle rappelle plus, par son style, les recherches de William Morris (dont les Toms possédaient un tapis) que les essais archaïsants tissés aux Gobelins dans le dernier tiers du siècle. C’est toutefois aux XVIIe et XVIIIe siècles qu’appartiennent les plus belles tapisseries, telles deux pièces de la tenture de l’Histoire d’Apollon tissée à Rome dans la manufacture Barberini, deux pièces des Métamorphoses d’après La Hyre, quatre des Portières des dieux et surtout des œuvres d’origine flamande, pièces de la tenture des Arts libéraux d’après Rubens, de la tenture du Triomphe des dieux d’après Jean van Orley, etc.

 

          Toutes les pièces, reproduites en couleurs, font l’objet de notices longues et très substantielles (bien que les nécessités de la publication aient imposé des limites aux auteurs), notices précédées le cas échéant d’une présentation de la tenture à laquelle elles appartenaient et dans lesquelles sont abordés leur historique, leur iconographie, les bordures ainsi que les œuvres en rapport, peintures ou gravures dont elles s’inspirent ou pièces d’autres tentures sur le même sujet, elles-mêmes reproduites en noir ou en couleurs. Rédigées par des spécialistes d’une compétence reconnue, elles constituent par la richesse de leur substance et par leur valeur scientifique, un apport  important à la connaissance l’histoire de la tapisserie.

 

          Devant un ouvrage d’une si haute qualité, on se permettra un seul regret. Les pièces en largeur ont parfois été reproduites sur une double page, selon une habitude largement répandue. Il eût été préférable qu’elles l’eussent été sur une seule page, des détails pouvant l’être sur l’autre page, en regard, car, sauf à écraser complètement le volume (ce qu’il n’est pas conseillé de faire), la partie centrale de la composition se dérobe à la vue. Mais il s’agit, encore une fois, d’un travers qui affecte depuis longtemps la mise en page de ce qu’on appelle les livres d’art.

 

 

Table des matières

 

Éric Rochat, Avant-propos, p. 7

Denis Weidmann, La découverte d’une collection exceptionnelle, p. 9

Giselle Eberhard Cotton, La constitution de la collection de tapisseries, p. 15

Candace J. Adelson, Introduction aux tapisseries, p. 19

Les auteurs, p. 22

 

Catalogue

 

Note aux lecteurs, p. 23

 

I. Les tapisseries flamandes. Catalogue nos 1 à 53, p. 25

Guy Delmarcel

 

II.  Les tapisseries françaises. Catalogue nos 54 à 72, p. 159

Nicole de Reyniès

 

III. Les tapisseries italiennes. Catalogue nos 73 et 74, p. 233

Guy Delmarcel

 

IV. Les tapisseries anglaises. Catalogue nos 75 à 90, p. 239

Wendy Hefford

 

V. Les tapisseries d’ameublement. Catalogue nos 91 à 114, p. 295

Guy Delmarcel et Nicole de Reyniès

 

Marques et signatures, p. 314

Table de concordance, p. 316

Bibliographie, p. 318

Remerciements, p. 332

Crédits photographiques, p. 333

Index, p. 334