Occhilupo, Sergio: La necropoli capuana. Per una definizione della prima fase tra l’età del Bronzo finale e la prima età del Ferro, pp. 192, 8 figg. e LXXXI tavv. in bianco/nero n.t., ISBN 978-88-6227-309-1, cm 23,3 x 30,5, rilegato/hardback, « Capua preromana », X,
collana diretta da Maria Bonghi Jovino.
(Fabrizio Serra editore, Pisa-Roma 2011)
 
Compte rendu par Stéphane Bourdin, École française de Rome
(dirant@efrome.it)

 
Nombre de mots : 1146 mots
Publié en ligne le 2012-05-15
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=1389
Lien pour commander ce livre
 
 

          La collection Capua Preromana, publiée sous le patronage de l’Istituto Nazionale di Studi Etruschi ed Italici, dont le premier volume date de 1965, s’enrichit d’un nouveau numéro, le 10e, consacré à la fouille de la nécropole du Nuovo Mattatoio. Ce volume s’ouvre par une double préface. M. Bonghi Jovino revient d’abord sur les circonstances éditoriales et sur le fait que plus de 10 ans ont passé depuis la publication du volume IX (en 2000) et déplore que le matériel du Museo Provinciale Campano demeure encore en grande partie inédit. Ensuite, V. Sampaolo rappelle que le matériel de cette nécropole, fouillée en 1987-1988, a été étudié par divers étudiants, dans le cadre de thèses de laurea et il revient à S. Occhilupo, sur la base des notes prises lors des fouilles d’urgence, durant lesquelles le matériel a été mélangé, de reconstituer les mobiliers des tombes. V. Sampaolo fait aussi une brève allusion aux opérations plus récentes, comme la fouille de 2005-2006 au Nuovo Mattatoio, qui a permis de mettre au jour 459 sépultures, toutes encore inédites.
 
          L’ouvrage de S. Occhilupo est donc tiré d’une thèse de specializzazione, soutenue en 2000 à l’Université de Padoue sous la direction de M. Torelli, et ne concerne que le matériel issu des fouilles de 1987-1988, soit 64 sépultures, à incinération ou à inhumation, correspondant à une petite partie d’une nécropole bien plus étendue. Deux campagnes ont donc eu lieu en avril-mai 1987 et en février-mars 1988, à la suite du creusement de fondations et de l’intervention de clandestins. On a creusé une première tranchée de 90 m de long pour 3-5 m de large, qui a livré 39 tombes, et une seconde tranchée de 130 m de longueur, qui a livré 25 tombes. Bien que proche de la nécropole des Fornaci fouillée dans les années 1960-1970 par W. Johannowsky, cette nécropole du Nuovo Mattatoio, à laquelle on peut rattacher les tombes signalées en 1850 comme provenant du fondo Tirone, s’en distingue et correspond probablement à l’habitat découvert dans le secteur de l’Italtel.
 
          Après une brève présentation de la fouille, l’auteur propose donc un catalogue complet des mobiliers qu’il a pu reconstituer. Ce catalogue est illustré de 81 planches, dessins et photographies en noir et blanc, situées en fin de volume. 30 % des tombes du Nuovo Mattatoio étaient stériles ou bouleversées (soit 19 sur 64) et 24 % des tombes avec mobilier n’ont livré qu’un ou deux vases. La classification repose donc sur les 35 tombes qui ont un mobilier significatif. Les tombes sont, dans leur très grande majorité, datées des phases I A (58 %, soit 27 tombes sur 47 tombes datables) et I B (30 %, soit 13 tombes sur 47) de Capoue, soit de la fin Xe à la 2e moitié IXe s., à l’exception de deux sépultures plus récentes, appartenant aux phases II A et III A (T. 13 / 88 de la première moitié VIIIe s. et T. 25 / 88 de la première moitié VIIe s.).
 
          Le catalogue est suivi d’une analyse typologique des différentes catégories de matériel découvert, qui s’appuie sur des comparaisons avec les autres contextes campaniens contemporains (Pontecagnano, S. Angelo in Formis), mais également sur les vestiges d’Étrurie méridionale (Tolfa) ou des Monts Albains. L’auteur passe ainsi en revue les différentes productions de céramique d’impasto (askoi, olle, urnes biconiques, amphores, cruches, écuelles etc.), ainsi que les objets de terre cuite (fusaïoles), et constate que le répertoire des formes, comme de la décoration (dents de loups, triangles, zigzags) renvoie aux centres villanoviens proches (Pontecagnano, Sala Consilina) ou plus lointains (Monts de la Tolfa, Tarquinia, Caere). Les fibules, en bronze, à disque, à arc serpentant ou trapézoïdal etc. renvoient également aux typologies villanoviennes ou du centre de la Péninsule (Terni), de même que les autres artéfacts métalliques (épingles, spirales, rasoirs, armes).
 
          L’ouvrage se clôt par deux chapitres de synthèse. Dans le premier, l’auteur revient sur le rituel funéraire et la composition des mobiliers. Il rappelle que l’on a pu identifier 7 tombes masculines (7 %), 25 tombes féminines (51 %) et 15 tombes indéterminées. Ces identifications ont été faites uniquement sur la base de la composition des mobiliers, dans la mesure où les ossements n’ont pas été conservés ; ceci explique peut-être la sous-représentation des tombes masculines, due à la rareté des éléments considérés comme typiquement masculins (rasoirs, armes). Le ratio entre incinérations (23) et inhumations (24) est assez équilibré, même si l’incinération, avec le dépôt de l’urne dans un pozzetto revêtu de pierres ou dans une fosse quadrangulaire, domine aux phases plus anciennes et semble exclusive pour les tombes masculines. La composition des mobiliers est extrêmement variable, même si on trouve en général un vase, un askos, par exemple, en association avec l’urne cinéraire et si certaines tombes (T. 21 / 87 ou 38 / 87) se distinguent par l’abondance du mobilier.
 
          Le dernier (court) chapitre vise à replacer la nécropole du Nuovo Mattatoio dans le contexte plus général de Capoue et de la Campanie à la fin de l’Âge du Bronze et au début de l’Âge du Fer. Cette phase n’était auparavant connue que par le matériel de S. Angelo in Formis et quelques tombes dispersées. Les tombes du Nuovo Mattatoio montrent donc que des éléments de faciès villanovien sont présents à Capoue dès le IXe s., ce qui concorderait selon l’auteur avec les notices des sources littéraires mentionnant une fondation de la ville par les Étrusques. Les analogies avec du matériel d’Étrurie méridionale seraient de même à mettre en relation avec un mouvement migratoire depuis la région de Tarquinia et Caere d’une part et depuis l’Étrurie tibérine d’autre part, ces nouveaux migrants se superposant à des populations locales détentrices de la Culture des tombes à fosse. Au final, cette mise en perspective, qui assimile de façon un peu automatique le matériel protovillanovien ou villanovien à des nouveaux arrivants étrusques et les tombes à fosses féminines à un substrat « ausone » demeure un peu scolaire et d’une façon générale, l’ensemble du livre se démarque assez peu de la tesi di specializzazione dont il est issu.
 
          Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une très utile mise au point, sur un ensemble funéraire de première importance, dans la mesure où les contextes de cette période sont en général très mal documentés. On n’en attend pas moins avec impatience la publication (mais quand ?) des 459 tombes encore inédites qui sont signalées dans la préface. Un autre regret enfin, qui n’est pas dû à l’auteur, mais à l’éditeur. Le prix de vente de cet ouvrage de 192 pages est fixé à 495 € (soit 2,57 € la page), ce qui rend son acquisition par de simples particuliers extrêmement improbable et pose de sérieux problèmes aux bibliothèques spécialisées, désireuses de compléter leur collection de Capua Preromana.