Tourovets, Alexandre: Exprimer l’architecture. Termes et expressions utilisés dans la description des monuments. 224 pages (collection Précisions, 1), index français-anglais/anglais-français, 36 fig. et 90 photos, 19x19 cm., ISBN: 978-2-87457-035-3, 29,50 €.
(Editions Safran, Bruxelles 2011)
 
Compte rendu par Frédéric Herbin, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
(herbin.fred@free.fr)

 
Nombre de mots : 630 mots
Publié en ligne le 2012-05-30
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=1530
Lien pour commander ce livre
 
 

          Cet ouvrage (225 p.) s’adresse à un large public, « à tous ceux qui sont intéressés par l’architecture ». Il s’agit d’un lexique des termes et expressions les plus couramment employés pour la description architecturale des monuments, toutes époques confondues. Les définitions ont été classées thématiquement selon quarante et un chapitres regroupés en quinze parties. Elles sont étayées par une abondante illustration. L’ouvrage a ainsi été pensé pour permettre « au lecteur de se familiariser avec les expressions particulières liées à la description de l’architecture et de ses éléments », de trouver le nom de tel type de monument ou partie de monument, de trouver tel terme technique lié à la construction, et ce, sans le connaître au préalable, grâce au classement thématique proposé et à l’illustration. Le petit format de ce livre (19x19 cm) en fait un outil pratique, aisément transportable et donc utilisable sur site, contrairement aux dictionnaires spécialisés plus volumineux.

 

          D’une façon générale, la maquette de l’ouvrage est agréable, claire et aérée. L’illustration compte quatre-vingt-dix photographies noir et blanc de bonne qualité et trente-six figures. Certains schémas, le plus souvent très utiles et assez clairs, auraient cependant gagné en élégance avec un trait moins fort (fig. 1, 23, 33, etc.). De plus, ils comportent quelques erreurs (par exemple, fig. 29, le plan du temple diptère ne présente pas de colonnade double sur ses petits côtés).

 

          Chaque chapitre, ou presque, s’ouvre par un petit encadré introductif sur le thème abordé, à la suite duquel figure une série de définitions classées par ordre alphabétique pour chaque sous-partie. Ces définitions sont généralement claires mais se révèlent parfois imprécises (par exemple, celle de l’autel, p. 128 ; ou encore en raison de la confusion faite de manière récurrente entre les termes « dalle » et « bloc »), voire erronées (astragale, baguette, tore, p. 118-120, où ces termes ne semblent pouvoir désigner que des éléments décoratifs de la colonne, etc.). Il existe en outre quelques redites (ante, p. 31 et 33 ; attique, p. 122 et 133 ; orthostate, p. 33 et 37 etc.), que le système de renvoi interne via l’index aurait dû permettre d’éviter. Enfin, il faut noter quelques manques : par exemple, l’auteur semble s’être ainsi interdit de définir les ordres architecturaux grecs alors qu’ils sont présentés sur la fig. 33.

 

          L’organisation générale des parties et des chapitres est sujette à caution. Elle aurait mérité d’être mieux pensée. L’ouvrage aurait en effet gagné en clarté si, par exemple, tous les chapitres et définitions se référant aux matériaux et techniques de construction avaient été rassemblés, éventuellement au début de l’ouvrage comme c’est la norme dans la plupart des manuels traitant d’architecture. De même, l’organisation et l’enchaînement des chapitres et des parties manquent généralement de logique : plans, élévations, éléments constructifs ou de décors sont souvent mêlés et/ou mis sur le même plan, ce qui prête parfois à confusion.

 

          Les indices des termes définis tout au long de l’ouvrage, en français-anglais et anglais-français sont utiles et pratiques. Cependant, il est regrettable que l’allemand n’y ait pas sa place, dans la mesure où un grand nombre d’études d’architecture sont publiées dans cette langue. La bibliographie succincte proposée en fin d’ouvrage est à jour. Elle donne les titres des principaux manuels, dictionnaires et études en français, en anglais et en allemand. On s’étonne cependant que l’équivalent allemand de cet ouvrage (A. Schmidt-Colinet et G. A. Plattner, Antike Architektur und Bauornamentik, Grundformen und Grundbegriffe, 2004) n’y soit pas cité.

 

          Ainsi, cet ouvrage s’adresse surtout aux amateurs et aux étudiants ; les spécialistes d’architecture n’y trouveront qu’un intérêt limité. Mis à part les réserves quant au plan adopté et aux quelques erreurs qui y sont disséminées, l’ouvrage peut s’avérer utile et surtout pratique pour découvrir le vocabulaire de l’architecture monumentale directement sur site.