Lauer, Jean-Philippe: Les pyramides de Sakkara / The pyramids of Sakkara. Edition bilingue. Collection: BiGen 47. 40 p., ISBN 978-2-7247-0659-8, 25 €
(Institut français d’archéologie orientale, Le Caire 2015)
 
Compte rendu par Rémi Legros
(legrosremi@free.fr)

 
Nombre de mots : 565 mots
Publié en ligne le 2015-09-23
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=2547
Lien pour commander ce livre
 
 

 

         L’Ifao vient de publier une nouvelle édition du fameux guide de Saqqâra, publié pour la première fois il y a plus de cinquante ans sous la plume de Jean-Philippe Lauer. L’auteur, qui figure parmi les égyptologues les plus renommés, tant en Égypte qu’en France, consacra sa vie entière à ce site archéologique et aux monuments royaux qui jalonnent cette petite dizaine de kilomètres sur la rive ouest du Nil. Connu surtout pour ses travaux de recherche et de restauration sur le complexe du roi Djoser, il serait pourtant faux de limiter son expertise à ce seul monument.

 

         L’ouvrage est rédigé en français (p. 1 à 57), mais l’intégralité du commentaire est également traduit en anglais (p. 59 à 117). L’ensemble est assorti de plus d’une centaine d’illustrations, en noir et blanc et de très bonne qualité.

 

         Il s’agit véritablement d’un guide de ce site remarquable, destiné à être lu et consulté durant la visite des vestiges. Organisé comme une proposition de parcours, avec un cheminement détaillé, il se concentre sur quelques monuments, privilégiés pour leur intérêt historique autant que pour leur proximité géographique. Il fait donc abstraction des zones nord et sud, globalement inaccessibles aux touristes, pour développer plus précisément six secteurs successifs.

 

         La pyramide à degrés du roi Djoser (p. 3-25) occupe en toute logique la place d’honneur. L’ensemble des superstructures nous est décrit et commenté en détail et force est de reconnaître que les considérations historiques et les interprétations n’ont rien perdu de leur pertinence. Une sélection des éléments les plus significatifs permet de porter l’attention du visiteur sur quelques données précises et singulières, qui donnent du sens à cet ensemble funéraire et évitent certainement au néophyte de succomber sous l’énormité et la complexité du monument. Les souterrains et leur décoration sont également commentés et le visiteur, qui ne peut y accéder, profitera pleinement des illustrations en fin de volume donnant à voir cet aspect inaccessible du site. La pyramide de Sekhem-khet (p. 27-29) était chère à l’auteur, qui lui consacre quelques pages, en raison de la comparaison qui peut en être faite avec le complexe voisin de Djoser.

 

         Revenant vers l’est, notre guide nous conduit ensuite vers la pyramide d’Ounas (p. 31-39). Celle-ci présente des caractéristiques nouvelles, qui établissent une sorte de canon pour la fin de l’Ancien Empire : chaussée, temple funéraire et, bien sûr, textes des pyramides dans les appartements funéraires du roi.

 

         Remontant vers le nord, quelques mots sont dits de la pyramide d’Ouserkaf (p. 41-42), avant d’atteindre la pyramide et la nécropole du roi Téti (p. 43-46). Là, les appartements funéraires du roi sont décrits et l’auteur évoque le long et patient travail de restauration des textes, toujours d’actualité.

 

         Enfin, le  dernier chapitre évoque le Sérapeum et les mastabas environnants (p. 47-48). Cette zone de la nécropole bénéficie aujourd’hui d’un regain d’intérêt, les souterrains ayant rouvert au public en 2012 après de longs travaux de restauration.

 

          Certainement, cet ouvrage ne s’adresse pas au spécialiste ni à l’érudit. Toutefois, il est remarquable de clarté et de justesse et constitue à ce titre un document d’accompagnement on ne peut plus recommandable. Pour qui souhaite visiter Saqqâra ou avoir une compréhension globale de ce site et de son importance, l’ouvrage de J.-Ph. Lauer, en dépit de son ancienneté, apporte toujours  l’information essentielle. Loin des guides touristiques ordinaires et de leurs accumulations disparates, ce guide, dans un style littéraire à la fois frais et vivant, invite véritablement au voyage.