AA.VV.: (Moretti , Jean-Charles - Fadin, Lionel - Fincker, Myriam - Picard, Véronique) Atlas. Exploration Archéologique de Délos, 43. 25.5 x 32.5 cm, 39 p. + 51 plans libres en couleur, ISBN : 978-2-86958-264-4, 215 €
(Ecole française d’Athènes, Athènes 2015)
 
Compte rendu par Jacques des Courtils, Université Bordeaux-Montaigne
(jdes-courtils@wanadoo.fr)

 
Nombre de mots : 867 mots
Publié en ligne le 2016-11-23
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=2650
Lien pour commander ce livre
 
 

 

 

          La publication de l’Atlas de Délos est l’aboutissement d’un programme lancé par J.-Ch. Moretti en 2002 qui a réuni sous sa direction L. Fadin, M. Fincker et V. Picard, une équipe d’architectes, de dessinateurs et d’archéologues, ainsi que des topographes et photogrammètres. L’ambition était considérable, le but a été atteint et permet de disposer aujourd’hui d’un instrument de travail exceptionnel, d’un maniement aisé et d’une richesse particulière puisqu’il combine les résultats des fouilles de l’École française d’Athènes et de l’Éphorie des Cyclades qui a ouvert libéralement toutes ses archives, dans un mouvement exemplaire de partage des données scientifiques : c’est donc la totalité des vestiges de la totalité de l’île de Délos qui sont réunis dans cet atlas.

 

         Le fascicule de présentation offre une historiographie complète des plans précédents (à partir du premier plan [perdu] des fouilles, réalisé en 1878 par B. Loviot) suivie d’une présentation des principaux aspects techniques : référent, échelles et sectorisation, techniques et méthodes de relevés, enfin modes de représentation. Viennent ensuite une liste des conventions graphiques, une table des planches et un index des monuments et ensembles. L’atlas proprement dit est présenté dans une jaquette qui contient 51  planches dont 46 de plans et les 5 dernières de profils.

 

         Les deux premiers plans sont des plans de situation : le premier des plans partiels au 1/2 000 et 1/1 000, le second des plans et profils au 1/200. Suivent des cartes de l’île (n° 3 et 4 au 1/5 000) et plans généraux des grands secteurs (n° 5 à 9, au 1/1 000), puis les 37 plans de détail au 1/200, enfin une série de 5 planches comprenant des profils de différents secteurs.

 

         L’atlas présente l’île de Délos dans son état actuel, avec ses vestiges antiques et médiévaux, mais aussi avec les restaurations et les constructions modernes, enfin avec ses éléments naturels (cours d’eaux, clôtures antiques et modernes, mais pas les sentiers modernes). Il s’agit des vestiges actuellement visibles « sans prendre en compte les vestiges qui, après avoir été fouillés, ont été détruits ou remblayés. »

 

         L’île a été divisée en 4 secteurs avec un système simple de repérage en abscisses et ordonnées. L’altitude de référence est la borne géodésique qui se trouve au sommet du mont Cynthe et dont l’altitude a été arrondie à 113 m (pour 113,7 m) ce qui nécessite une correction du niveau de la mer (qui se retrouve à -0,70 m), défaut d’autant plus excusable que ce dernier n’a cessé de varier au cours du temps. Les courbes de niveau sont serrées (2 m d’intervalle) ce qui rend le relief parfaitement compréhensible au premier coup d’œil.

 

         La qualité de ces plans, modeste mais essentielle, réside dans la maniabilité de ces derniers : en effet, leur disposition en format vertical (ou portrait) et leur pliage simple permet, même si on les déploie totalement, de ne pas encombrer exagérément une table de travail et rend de ce fait leur consultation très aisée, à quoi contribue l’impression impeccable sur un papier légèrement satiné qui favorise les contrastes. Les plans au 1/200, qui constituent l’outil de travail proprement dit (complété par les profils), sont d’une clarté exemplaire mais aussi d’une très grande richesse documentaire. Les conventions utilisées sont simples et — pour utiliser un terme emprunté à l’informatique — intuitives, que ce soit pour la distinction des constructions antiques et modernes, les appareils, les matériaux (pour les dallages) ou encore certaines parties architecturales (comme les niches). Les monuments sont dénommés, soit par leur nom lui-même lorsqu’il est archéologiquement attesté ou rentré dans l’usage (temple des Athéniens…), soit par leur référence dans le Guide de Délos (GD48…) ; cependant,  on note quelques différences par rapport au Guide lorsque la publication de monographies sur des monuments contient une numérotation des parties de ces édifices : c’est cette dernière qui a alors été retenue de préférence à celle du Guide.  Il y a de très nombreuses altimétries qui donnent une bonne accessibilité des niveaux de construction des monuments même en l’absence de coupes. Enfin cet atlas est destiné à évoluer puisqu’il existe sous forme numérique et pourra aussi servir de base au S.I.G. dont la fabrication a commencé.

 

         Seuls des chercheurs disposant à la fois des compétences, de l’équipe et du temps nécessaire pouvaient réaliser un ouvrage aussi remarquablement riche, base de tous les travaux futurs sur le site de Délos. Ils doivent en être chaleureusement remerciés, J.-Ch. Moretti en tout premier lieu, ainsi que les institutions qui leur ont permis de réaliser ce travail dans la durée, à commencer, bien évidemment, par l’École française d’Athènes à qui cette publication fait honneur.

 

 

Sommaire

 

Avant-propos
 
Les cartes de Délos et les plans des secteurs fouillés levés depuis 1873
 
Objet, techniques et méthodes des relevés de l’Atlas
Le référent
Les échelles et les secteurs
Les relevés : technique et méthode
Les modes de représentation et les techniques de dessin
 
Les conventions graphiques
La carte de l’île au 1/5 000 et les plans au 1/5 000, au 1/2 000 et au 1/1 000
Les plans et les profils au 1/200
 
Table des planches
 
Index