Theodoropoulou-Polychroniadis, Zetta : Sounion Revisited: The Sanctuaries of Poseidon and Athena at Sounion in Attica, xii+334 p., ISBN : 978178491154, 55 £
(Archaeopress, Oxford 2015)
 
Compte rendu par Laurence Cavalier, Université de Bordeaux 3
(l.cavalier@libertysurf.fr )

 
Nombre de mots : 1286 mots
Publié en ligne le 2016-10-28
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=2673
Lien pour commander ce livre
 
 

 

          Le présent ouvrage est issu d’une thèse soutenue à Londres en 2010. Il présente une première étude approfondie du matériel découvert par V. Staïs lors des fouilles qu’il effectua dans les sanctuaires de Poséidon et d’Athéna de 1897 à 1915. V. Staïs avait donné des rapports de fouilles parus annuellement dans les Praktika, un rapport de synthèse paru dans l’AE de 1917 et une monographie sur Sounion et ses deux temples en 1920, mais sans jamais publier le matériel archéologique. Staïs avait travaillé avec les méthodes de son époque et n’a pas laissé de carnet de fouille, de telle sorte qu’on ne possède aucune donnée stratigraphique et le lieu même de trouvaille des objets n’est indiqué que pour 120 des 261 numéros de son catalogue (numéros qui désignent souvent des groupes d'objets de même nature). Le matériel qu’il découvrit provient de trois contextes : un bothros dans le sanctuaire de Poséidon, un bothros dans le sanctuaire d’Athéna, enfin les remblais antiques (sans distinction entre les deux sanctuaires).

 

         Le premier chapitre constitue un exposé clair et honnête des (nombreuses) difficultés méthodologiques héritées des conditions de la fouille. Le second chapitre est consacré à l’histoire des deux sanctuaires appuyée sur un corpus de textes épigraphiques, à celle des fouilles et à une description des deux sanctuaires. Ce chapitre offre une grande richesse documentaire et montre la relative pauvreté de nos connaissances sur un site pourtant parmi les plus célèbres de la Grèce à l’époque moderne. Le chapitre se clôt par une présentation générale des trouvailles de petits objets provenant des différents contextes.

 

         Le 3e chapitre contient l’étude du matériel regroupé par catégories (figurines en terre cuite, vases plastiques, plaques en terre cuite, et ainsi de suite). Dans chaque catégorie sont effectués un classement et une étude par types. Beaucoup d’objets s’avèrent de fabrication attique (protomés féminines), voire locale (figurines féminines), et tous s’échelonnent entre le VIIIe et la fin du VIe s. Les figurines masculines se trouvent en petit nombre (9) par rapport aux féminines (66). On compte aussi 40 représentations d’animaux (dont 31 chevaux).

 

         Parmi les plaques en tc, un groupe très intéressant comprend 11 exemplaires de petites dimensions, en relief et peints, avec trous de suspension dans les coins supérieurs, datables des VIIe et VIe s. Le lot le plus intéressant est constitué par les 24 plaques peintes dont la célèbre plaque (fragmentaire, attribuée au peintre d’Analatos) présentant l’arrière d’un bateau monté de soldats casqués, portant lances et bouclier, et par un timonier qu’on n’a pas manqué depuis longtemps d’identifier à celui de Ménélas, Phrontis, mort à Sounion aux dires d’Homère. Les autres plaques (ou fragments, parfois jointifs) sont inédites et constituaient pour certaines des cas désespérés jusqu’à ce que l’utilisation par l’auteur de rayons UV permette d’en révéler au moins partiellement les décors.

 

         Des figurines en faïence de type égyptien figurent dans le matériel (une naucratite et des imitations rhodiennes). On ajoutera une quarantaine de fragments de marbre provenant de statues de tailles variées dont l’étude ne peut, hélas, aller bien loin en raison de leur caractère très lacunaire. Des figurines en bronze, quelques poids, quelques bijoux et trépieds miniaturisés terminent ce catalogue.

 

         Le 4e chapitre présente une étude du culte et des pratiques cultuelles à Sounion qui est appuyée sur le matériel précédemment décrit, mais il élargit le propos en convoquant toutes les données connues afin de bâtir une histoire du site et de l’activité religieuse (topographie, architecture, sculpture). Il est à noter que Sounion ne semble pas avoir connu d’activité significative à l’âge du Bronze malgré les nombreuses preuves d’exploitation des mines des environs, tout particulièrement à Thorikos, à l’époque mycénienne. Le même constat s’impose pour la période suivante, jusqu’au milieu du IXe s. L’auteur suppose un contrôle très précoce de ce secteur par Athènes. L’auteur esquisse une différenciation des deux sanctuaires pourtant voisins et presque jumeaux : le matériel votif n’est ni identique ni de la même abondance et le sanctuaire d’Athéna a peut-être abrité primitivement le culte du héros Phrontis autour d’un tumulus censé accueillir sa tombe, tout comme au Pélopion d’Olympie. 

 

         L’auteur s’interroge sur le fait que six des plaques en terre cuite avec décor en relief découvertes dans le bothros du sanctuaire de Poséidon présentent Héraclès et le lion de Némée, thème rare à la fin du VIIe s. Il existe des liens précis entre Sounion et Salamine attestés à diverses époques et, dès l’époque archaïque, des Salaminiens, descendants d’Héraclès, furent installés à Sounion. On pourrait aussi se demander s’il n’y a pas eu un jeu de mots avec le nom de la tribu Léontis dont les membres habitaient Sounion…

 

         L’auteur procède aussi à une revue des autres sanctuaires d’Athéna et de Poséidon, dont le sanctuaire du cap Poseidi (Chalcidique) et celui de Kythnos, soulignant les similitudes de position et aussi de matériel votif. Il eût été intéressant de se demander à cette occasion si les ressemblances constatées n’étaient pas simplement un trait d’époque, car l’originalité des catégories de matériel dédiées à l’une ou à l’autre de ces deux divinités ne saute pas aux yeux.

 

         Enfin le chapitre se clôt sur des conclusions. Tout d’abord un classement quantitatif des types d’offrandes trouvées à Sounion. Il s’agit bien de matériel votif et non d’objets de la vie quotidienne dédiés aux dieux ; toutefois, l’auteur remarque certaines différences typologiques comme l’absence dans le sanctuaire de Poséidon de figurines en terre cuite (masculines aussi bien que  féminines), de protomés et de pesons. La rareté des céramiques classiques est un fait étrange. La combinaison des sources permet tout au plus d’inférer que le sanctuaire de Poséidon fut très tôt sous l’emprise de la cité athénienne alors que celui d’Athéna a pu garder pendant une bonne partie de l’époque archaïque un caractère plus local.

 

         Ce livre, très soigneusement publié, est passionnant mais laisse le lecteur un peu sur sa faim : en fait, il s’agit d’un ouvrage à mi-course, car on y trouve un catalogue, mais les objets étudiés (et très soigneusement illustrés dans le texte) ne sont qu’une sélection. L’étude qui en est faite s’avère très précise et de qualité mais les conclusions générales sont à la fois stimulantes autant qu’excitantes et succinctes. On regrette aussi que l’étude topographique et architecturale soit abordée sans être menée à fond et en s’appuyant sur un dossier iconographique médiocre (photos modernes peu éclairantes, plans anciens peu nombreux et non redessinés). En somme, nous disposons là d’une très riche étude intermédiaire des deux sanctuaires de Sounion qui suscite l’espoir de voir rapidement paraître une publication complète de la totalité des données archéologiques disponibles.

 

 

Contents

 

Introduction.

Chapter 1

Problems Arising from the Excavations of 1897-1915

Valerios Stais at Sounion

The bothroi deposits

Finds from the bothroi and landfills whose provenance can be ascertained from the reports of Stais

Chapter 2 The History of Sounion and the Sanctuaries of Poseidon and Athena : Sources and Early Research

Literary and epigraphic evidence

Early travellers and excavations before 1897

The excavations of V. Staïs

Chapter 3. The Finds : Analysis and Discussion

Terracotta figurines

Plastic vases

Terracotta plaques

Faience and imitations

Stone sculpture

Metalworks and jewellery

Chapter 4. Cults and Cult-practices at Sounion

Attica, the Laureotike and Cape Sounion : the beginnings of cult activities

The earliest evidence for cult activity

Phrontis and hero cults

A rural shrine at Sounion

Reviewing the sanctuary of Athena

Discussing the finds from the sanctuary of Athena

Reviewing the sanctuary of Poseidon

Herakles and the Salaminioi

Discussing the finds from the sanctuary of Poseidon

A comparative discussion of cults and dedications at sanctuaries of Poseidon

Remarks, conclusions and prospects.
Catalogue of Objects.
Appendix A. Greek and Latin Testimonia

Appendix B. Pottery from Bothroi and Artificial Fills

Appendix C. Scarabs, Seals and Beads from the Sanctuaries

Bibliography

Figures.