Chew, Hélène - Stefan, Alexandre Simon : La colonne Trajane. Édition illustrée avec les photographies exécutées en 1862 pour Napoléon III, 36 x 30 cm, 304 p., 160 ill., ISBN : 978-2-7084-0946-0, 100 €
(Picard, Paris 2015)
 
Compte rendu par Adrien Palladino, Université de Fribourg/Université Masaryk de Brno
(palladino.adrien@gmail.com)

 
Nombre de mots : 1308 mots
Publié en ligne le 2017-04-19
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=2701
Lien pour commander ce livre
 
 

          L’ouvrage, signé Alexandre Simon Stefan, spécialiste de l’histoire militaire romaine et Hélène Chew, conservateur en chef du patrimoine et chargée des collections de la Gaule romaine du musée d’archéologie Saint-Germain-en-Laye, innove pour deux raisons. D’abord, un format rare, qui permet de rendre compte, avec un corpus iconographique de pas moins de 63 planches double page (36 x 30 cm), de l’intégralité des photographies des surmoulages de la colonne Trajane (érigée entre 107 et 113), commandés pour le compte de Napoléon III en 1861. La force de l’ouvrage réside dans ce format même, qui permet de voir bien mieux qu’in situ les scènes de la colonne historiée, d’autant plus que les photographies de 1864 ici publiées (conservées au musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye) conservent de nombreux détails désormais perdus ou rendus invisibles par l’intense pollution atmosphérique qui sévit à Rome. Comme le constatait déjà Salvatore Settis en 1985 (« La colonne Trajane : invention, composition, disposition », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 5 [1985], p. 1151–1194), la colonne se dégradant de jour en jour malgré les campagnes de nettoyage et de restauration, ces clichés s’avèrent d’autant plus inestimables.

 

         Le second point qui frappe est la multitude de publics que l’ouvrage parvient à toucher, trouvant un créneau dans l’océan de bibliographie sur la colonne et le forum de Trajan. Beau livre, il pourra tout d’abord intéresser l’amateur désirant s’informer sur le monument en bénéficiant d’un format peu commun, un aspect pédagogique encore renforcé par les nombreuses notices qui accompagnent les planches, sur lesquelles toutes les scènes représentées sont numérotées, expliquées et référencées dans le corps du texte. Ce corps de texte, qui encadre les planches en deux blocs, est la partie qui intéressera sans doute aussi le spécialiste. En outre, le spécialiste est double : le bloc majeur est signé Alexandre Simon Stefan et s’intéresse à l’histoire de l’objet – la colonne toujours in situ – dans une vaste perspective (sept chapitres), de son historiographie à son contexte de naissance architectural et idéologique. Le second bloc, par Hélène Chew, se concentre sur la période des moulages, commandés par Napoléon III entre 1861 et 1862 et à leur campagne photographique en 1864. En plus du chapitre premier de A. S. Stefan, un status quaestionis interdisciplinaire sur l’étude de la colonne et sa réception artistique jusqu’au XXe siècle, H. Chew offre donc un apport fascinant sur la réception historiographique de la colonne et le regard porté sur l’art antique impérial au cours du Second Empire. On regrettera, de cette fascinante partie, que l’idée du « continuum » reproductif à travers moulure et photographie, si important pour la naissance de la muséologie au XIXe siècle et esquissé plusieurs fois notamment à travers l’exemple du musée de South Kensington à Londres (désormais Victoria & Albert Museum), ne soit pas davantage contextualisé.

 

         La majeure partie de l’ouvrage demeure cependant historique, et, sur les sept chapitres qui composent le premier bloc, on ne s’étonnera pas que la part du lion soit offerte à l’histoire militaire romaine au vu de la spécialisation de l’auteur, qui a livré en 2005 une importante monographie sur les guerres daciques de Domitien (de 85–89)  et de Trajan (deux campagnes, 101–102 ; 105–106) dans la collection de l’École Française de Rome (n° 353). Dans le présent ouvrage, les guerres (ainsi que l’histoire du royaume géto-dace) sont présentées de manière aussi claire que savante par l’auteur dans les chapitres deux et trois, avec l’intégralité de l’appareil critique, ainsi que sur les planches, permettant souvent de voir les reliefs sous un jour inédit. Notamment le féru d’histoire militaire y trouvera son compte, avec une attention rare offerte aux engins de sièges, fortifications, techniques martiales ou même topographie des batailles. La colonne y est prise comme le document historique qu’elle constitue indubitablement, et il serait difficile ici de rendre compte des innombrables observations du spécialiste qui viennent enrichir le parcours visuel offert par les planches, accompagnées de données et d’objets archéologiques qui côtoient et éclairent les scènes sur la colonne. Les chapitres quatre à sept traitent du contexte architectural et social qui a vu la naissance de la frise, de sa fonction sur le forum, ainsi que de la question de la genèse (artistique et iconographique) d’un art narratif continu voué à la propagande impériale. Deux appendices très courts complètent le tableau historique : l’un sur une main de Trajan disparue du relief mais redécouverte par l’auteur, grâce à des moulages du XVIIe siècle conservés à la Villa Médicis, et qui permet de reconstituer une scène du cycle ; l’autre, sur le problème important de la visibilité – à savoir celui du degré de visibilité des scènes sur la colonne in situ. Ce second addenda aurait mérité d’être davantage développé et on serait en droit d’attendre, à plus forte raison si l’ouvrage se présente comme une étude en ronde-bosse sur la colonne, que ces questions soient traitées plus à fond. Au lieu de considérer les défauts de lisibilité comme un problème qui devait être contourné et que ni les auteurs de la colonne de Marc Aurèle (171–192) ni ceux de celles de Théodose (386–394) ou Arcadius (commencée en 401) ne sont parvenus à véritablement corriger, il faudrait essayer de comprendre ce qui incitait les concepteurs de ces colonnes à produire une rhétorique de l’invisibilité. À ce niveau, d’ailleurs, on se souviendra volontiers de l’article déjà mentionné de Salvatore Settis et des travaux importants de Tonio Hölscher (Römische Bildsprache als semantisches System, 1997) sur la culture visuelle romaine – dûment cités par l’auteur, ainsi que de les études de Paul Veyne sur la lisibilité/l’illisibilité des images de propagande dans l’Antiquité (« Propagande expression roi, image idole oracle », L’Homme, XXX/2 [1990], p. 7–26). L’on pourra aussi se rappeler l’existence d’une rhétorique de la magnificence qui n’implique pas une visibilité absolue des scènes.

 

         L’un des seuls reproches que l’on pourrait faire à l’ouvrage constitue aussi son grand point fort : il s’agit d’une étude en ronde bosse, voulant rendre compte de tous les aspects de la colonne, ce qui est habilement fait eu égard aux questions historiques autour de cette dernière ; une étude, en outre, intégrant une bibliographie exhaustive, mais il manque une thèse forte qui nous accompagnerait tout au long de l’ouvrage, en stimulant une lecture suivie. La véritable nouveauté du volume réside dans les planches, mises en continuité et nommées, qui permettent de comprendre pleinement la narration des différents blocs de la frise. Bien que les questions comme la place de la colonne Trajane au sein du développement de l’art narratif ne soient que peu touchées, tout comme celle susmentionnée de la visibilité ou de l’invisibilité des scènes, le livre s’inscrit comme une monographie importante dans le panorama des études archéologiques sur la colonne.

 

 

 

SOMMAIRE

 

Préface Hilaire Multon

Avant-Propos Alexandre Simon Stefan

Introduction Alexandre Simon Stefan

 

Première partie

La colonne Trajane – un monument original entre histoire, idéologie impériale et histoire de l’art

Alexandre Simon Stefan

 

Chapitre 1 : La colonne Trajane de la Renaissance à nos jours – cinq siècles d’exégèse

Chapitre 2 : Du royaume Gète au royaume Gèto-dace et au choc avec Rome

Chapitre 3 : Les triomphes daciques de Domitien et de Trajan dans l’art officiel – une guerre d’images

Chapitre 4 : L’architecture de la colonne, ses fonctions et sa place dans le forum de Trajan

Chapitre 5 : La frise historiée

Chapitre 6 : La frise sculptée à l’épreuve de l’archéologie et de l’histoire

Chapitre 7 : La frise historiée et la propagande impériale

 

Deuxième partie

Les compositions commentées de la frise historiée : planches 1 à 63

Alexandre Simon Stefan

 

Troisième partie

La colonne Trajane, un empereur, des moulages et des images. Une campagne photographique sous le second empire

Hélène Chew

 


N.B. : Adrien Palladino est actuellement doctorant en histoire de l’art de la période tardo-antique entre les Université de Fribourg (sous la dir. du prof. Michele Bacci) et Masaryk de Brno (sous la dir. du prof. Ivan Foletti). Il rédige une thèse sur les coffrets en ivoire des IVe – Ve siècle.