Boulogne, Jacques - Muller-Dufeu, Marion - Picouet-de Crémoux, Maude (dir.): Choses vues et entendues par Pausanias. Guide des croyances de la Grèce antique, (Archaiologia), 440 p., ISBN-10 : 2757408860, 40 €
(Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq 2015)
 
Compte rendu par Ludovic Lefebvre
(ludovic.lefebvre@orange.fr)

 
Nombre de mots : 1124 mots
Publié en ligne le 2016-12-24
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=2755
Lien pour commander ce livre
 
 

 

 

          François Chamoux dans l’édition de Pausanias. Description de la Grèce, I, parue aux Belles lettres (1992), note à juste titre dans la préface de la traduction (p. 1) que : « depuis bientôt deux siècles que l'exploration archéologique de la Grèce est devenue systématique, Pausanias a été mis à contribution, plus que tous les autres auteurs ensemble ». Cette remarque est évidemment tout à fait fondée. Le Périégète, comme les spécialistes nomment souvent Pausanias, constitue un apport inestimable pour la recherche, puisque son ouvrage a traversé les siècles dans sa totalité, ce qui est assez rare.

 

         Ce Grec, originaire d'Asie Mineure, a fourni en effet une grande quantité de renseignements sur la mythologie, l’histoire et la géographie de la Grèce antique qui se révèlent extrêmement profitables aux historiens. Il serait peut-être originaire de la région de Magnésie du Sipyle et aurait écrit son œuvre entre 160 et 180 après J.-C.  Son guide de la Grèce (Périégèse), rédigé donc au IIe siècle après J.-C., est composé de dix livres qui répartissent en régions les lieux visités. Pausanias est un érudit, l’équivalent à la fois d’un archéologue et d’un philologue. Il a énormément lu, voyagé et retrace avec force de détails tout ce qu’il a visité. C’est pourquoi il fournit une information inestimable sur les sites et monuments qui étaient encore visibles durant le Haut-Empire romain et qui ont disparu, pour beaucoup, depuis longtemps, au rythme des sacs, des destructions et naturellement de l’usure du temps.

 

         En outre, le Périégète donne souvent de courtes narrations historiques, notamment sur le contexte de l’érection de telle statue, sur les circonstances qui ont conduit à la construction de tel monument, et constitue à cet égard une source inestimable de renseignements, en particulier pour les périodes peu riches en documentation et qui ont souffert de la disparition de sources écrites à l’exemple du IIIe siècle avant Jésus-Christ, période symbolique qui marque le naufrage de la transmission des écrits antiques.

 

         Les éditeurs des textes présentés dans cet ouvrage rappellent que l’intégralité de l’œuvre de Pausanias n’a pas été traduite en français (éditions Belles lettres) et donc, pour les lecteurs non hellénophones, il faut croiser les traductions étrangères afin d’avoir une vue d’ensemble de l’œuvre du Périégète. Ce récapitulatif des lieux mythiques vus par le Périégète est capital et vient à point nommé, notamment pour les étudiants. Il est d’ailleurs intéressant de constater que la Loeb Classical Library a contribué à la réalisation de cet ouvrage.

 

         Néanmoins, il faut noter que l’angle d’étude de ce catalogue est axé sur la religion, les « croyances ». Ce sont donc les temples, sanctuaires, lieux de culte divers, statues des héros, divinités ou mortels divinisés, qui sont recensés. Pausanias, curieux et érudit, presque sociologue s’est attaché à décrire les lieux de cultes et de croyances encore visibles à son époque, tout en expliquant les origines de ceux-ci, leur genèse et leur évolution. On l’a dit, il a beaucoup lu mais a également interrogé, « interviewé » des personnes rencontrées autour de ces lieux.

 

         On ne trouvera donc pas dans «  Choses vues et entendues par Pausanias » des récits historiques proprement dits. Ce livre est avant tout religieux. Ainsi, pour garder une certaine cohérence dans le volume de chaque chapitre incluant des croyances, les éditeurs n’ont pas suivi totalement l’œuvre du Périégète mais ont fusionné les livres V et VI, ce qui donne :

 

Livre I : Attique, Athènes, Mégaride.

Livre II : Corinthie, Argolide.

Livre III : Laconie, Sparte.

Livre IV : Messénie.

Livres V et VI : Élide et Olympie.

Livre VII : Achaïe et Ionie.

Livre VIII : Arcadie.

Livre IX : Béotie.

Livre X : Phocide et Locride.

 

         Chaque chapitre commence par deux cartes (page de gauche). La première permet de cerner quelle région le Périégète a parcourue. La seconde, très instructive, permet de constater le chemin parcouru par Pausanias, et de saisir le contraste et la diversité qui caractérisent les régions de la Grèce quant à leurs lieux de culte (divinités, personnages héroïques et curiosités).

 

         Ensuite (page de droite et suivantes), un sommaire énonce l’ « Itinéraire » de l’auteur avec les sites visités puis le « Catalogue des croyances générales » énumère les principales figures mythiques de l’Hellade. Viennent ensuite le « Catalogue des croyances locales par sites », le « Catalogue des sites par cultes » et enfin, le « Texte », qui peut être subdivisé en « Croyances générales », « Topographie et toponymie », « Personnages héroïques »… Le schéma d’ensemble est donc explicite, profondément pédagogique et didactique, très clair pour les lecteurs.

 

         Il faut également noter les photographies, qui facilitent tout naturellement la lecture de l’ouvrage. En couleurs ou noir et blanc, en ⅓, ½ ou pleine page, elles sont d'une qualité exceptionnelle, comme l’attestent les exemples suivants, listés selon l’ordre  des livres :

 

  • Livre I, page 37 : la chapelle des Saints Cosme et Damien (Athènes, Acropole) où se tient la source de l’Asclepieion.
  • Livre II pages 94-95 : une double page avec quatre photographies sur Mycènes ; pages 102-103 : quatre vues de la plaine de Mycènes actuelle. Pages 116-117 : d’autres vues actuelles mais cette fois, de l’Heraion d’Argos.
  •  Livre III consacré à Sparte, pages 158-159 : des vues sur l’antique cité.
  • Livre IV sur la Messénie (pages 184-185) ; une splendide vue sur le théâtre de Messène.
  • Livres V et VI (pages 206-207) : double page sur le site de d’Élis.
  • Livre VII (pages 245-246) : vue sur le théâtre Aigeira.
  • Livre VIII : photographies du Mont Lycaion (page 276) et du temple d’Apollon à Bassai (page 292).
  • Livre IX: la forteresse d’Haliarte (page 325) et le plafond de la chambre secondaire du tombeau de Minyas à Orchomène (page 331).
  • Livre X (page 366) : l’intérieur de l’Antre corycien.

 

         L’ouvrage se termine naturellement par un index des noms propres et géographiques.

 

         Le travail des éditeurs est donc remarquable et bienvenu. Nous pensons d’ailleurs qu’il ne s’adresse pas seulement aux étudiants ou aux curieux de l’œuvre de Pausanias et de l’histoire mythologique antique, mais aussi aux spécialistes.

 

 

 

Sommaire

 

Introduction.
Inventaire des croyances p. 11-13

 

Livre I
Attique, Athènes, Mégaride p. 15-66
Attique p. 17-29
Athènes p. 30-50
Mégaride p. 51-59
Sites extérieurs p. 61-66

 

Livre II
Corinthie, Argolide p. 67-125
Corinthie p. 69-83
Argolide p. 85-121
Sites extérieurs p. 123-125

 

Livre III
Laconie, Sparte p. 127-164
Laconie p. 129-146
Sparte p. 147-160
Sites extérieurs p. 161-164

 

Livre IV
Messénie p.165-195
Messénie p.166-191
Sites extérieurs p. 193-195

 

Livres V et VI
Élide et Olympie p. 197-237
Élide p. 199-215
Olympie p. 216-231
Sites extérieurs p. 233-237

 

Livre VII
Achaïe et Ionie p. 239-268
Achaïe p. 240-257
Ionie p. 258-265
Sites extérieurs p. 267-268

 

Livre VIII
Arcadie p. 269-310
Arcadie p. 270-306
Sites extérieurs p. 307-310


Livre IX
Béotie p. 311-349
Béotie p. 312-344
Sites extérieurs p. 345-349

 

Livre X
Phocide et Locride p. 351-393
Phocide p. 352-361
Delphes p. 362-380
Sites extérieurs p. 381-389
Locride Ozole p. 390-393
Sites extérieurs p. 395

 

Index p. 397-434
Index des noms propres géographiques p. 399-410
Index des noms de personnages mythologiques p. 411-425
Index des noms de personnages réels p. 427-429
Index des artistes et des œuvres littéraires cités par Pausanias p. 431-434


Bibliographie p. 435-438