Kästner, Ursula - Saunders, David (ed.): Dangerous Perfection: Ancient Funerary Vases from Southern Italy, 176 p., 9 x 11 inch., 140 col. and 16 b/w 
ill., ISBN : 978-1-60606-476-4, 60 $
(Getty Publications, Los Angeles 2016)
 
Compte rendu par Fabien Bièvre Perrin, Université de Saint-Etienne
(fabien.bievre-perrin@mom.fr)

 
Nombre de mots : 1472 mots
Publié en ligne le 2016-10-18
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=2872
Lien pour commander ce livre
 
 

          Ce superbe ouvrage édité par Ursula Kästner et David Saunders accompagne l’exposition Gefärliche Perfektion: Antike Grabvasen aus Apulien, mise en place au Staatliche Museen zu Berlin de juin 2016 à juin 2017, et précédemment intitulée Dangerous Perfection: Funerary Vases from Southern Italy lors de sa première installation, au K. Paul Getty Museum, de novembre 2014 à mai 2015. Outre des photographies d’excellente qualité (parfois en pleine page), le volume édité par le Getty contient un catalogue riche et précis des objets exposés, deux essais à propos de Raffaele Gargiulo, dealer et restaurateur de la collection présentée, ainsi que la traduction en anglais de l’un de ses textes sur la céramique grecque. Une bibliographie, une présentation des auteurs et un index viennent clore le volume.

 

         Le titre de l’ouvrage, identique à celui de l’exposition, « Dangerous Perfection / Gefärliche Perfektion », fait référence à la critique faite par James Millingen aux restaurateurs de son époque, trop désireux de reconstituer intégralement les objets antiques (« Gargiulio and Pacileo […] brought twelve vases back to life », 1830), au risque d’être si efficaces qu’il en devenait impossible de distinguer l’ancien du nouveau. La collection présentée est en effet le fruit du travail de deux restaurateurs, Raffaele Gargiulo et Onofrio Pacileo, qui transformèrent au XIXe siècle les caisses de tessons de l’Autrichien Franz von Koller en une collection rutilante. La restauration de treize vases par le Getty Museum, en collaboration avec le Staalliche Museen zu Berlin, constitue le point de départ de l’exposition. Celle-ci a mené à l’étude poussée des objets et de leur contexte d’origine, ainsi que des techniques employées au XIXe siècle pour leur reconstitution. Un quatorzième vase, conservé par le Pushkin State Museum of Fine Arts in Moscow, figure dans la publication bien qu’il n’ait pas été prêté pour l’exposition, ce qui permet au catalogue de présenter un ensemble cohérent et complet.

 

         Marie Dufkovà et Ursula Kästner ouvrent le volume par l’histoire des vases. Découverts à Ceglie del Campo dans les Pouilles, les quatorze vases et leur origine sont mentionnés pour la première fois par Raffaele Gargiulio dans un inventaire réalisé pour le roi de Prusse, Friedrich Wilhelm III, lorsqu’il rachète sa collection au baron autrichien Franz von Koller. Ceglie del campo est resitué d’un point de vue géographique et historique, de la Préhistoire aux fouilles archéologiques modernes ; les résultats dans le domaine de l’archéologie funéraire sont succinctement présentés. Selon une méthode aujourd’hui en plein développement, les deux auteurs proposent ensuite de reconstituer le parcours de la collection, de la découverte des vases au XIXe siècle, à leur localisation dans les collections actuelles, au travers d’une véritable enquête archivistique en passant par leur restauration progressive. Les vases, datés de 375 à 310 av. J.-C., auraient été découverts par des pilleurs dans trois tombes à semi-camera de Ceglie avant d’être achetés par le Koller. La biographie du baron montre qu’il profite de ses nombreux déplacements au service des Habsburg pour constituer sa collection, notamment lors de sa présence à Naples (pendant laquelle il demande l’autorisation de faire des fouilles en Italie, dont il confie la gestion à Zdirad Polák), dans l’intention d’ouvrir un musée. À sa mort, Gargiulio, qui a réalisé la majeure partie des restaurations, commence l’inventaire et les dessins de la collection avant son achat par la Prusse et son transport à Berlin. Après l’arrivée des 3000 objets au Musée Royal de Berlin, les vases sont exposés pour partie, et treize d’entre eux dessinés pour le Apulische Vasenbilder (1945). Le XXe siècle et ses aléas (guerre, division, réunification), voit la désagrégation de la collection des vases, puis sa réunification presque intégrale.

 

         David Saunders, Marie Svoboda et Andrea Milanese abordent de leur côté le travail du restaurateur lui-même dans une contribution intitulée « Exactitude and Mastery: Raffaele Gargiulo’s Work as a Restorer ». Ils s’arrêtent aussi bien sur le parcours de Gargiulo (formation, publications, critiques, carrière, réseau…) et le contexte historique que sur les méthodes de restauration et les débats d’alors à ce sujet (approches, législations, évolution des techniques…). Ce panorama offre au passage une vision passionnante de l’élite napolitaine. L’article aborde finalement le travail de Gargiulio sur les vases de Ceglie, entre 1821 et 1826, et les étapes de la restauration (nettoyage des fragments, assemblage, peinture et traitement de la surface), révélant au passage quelques modifications apportées par le restaurateur (par exemple, un personnage masculin perd son casque au profit d’un bandeau). Ce qui invite tout iconographe à la prudence et à la curiosité.

 

         Le catalogue de 93 pages qui suit est superbement illustré (y compris de documents d’archives), et présente en détail l’ensemble de vases issu de Ceglie. Il s’ouvre par la présentation détaillée des choix opérés par les restaurateurs d’aujourd’hui, d’un point de vue technique comme méthodologique. Pour chaque vase est donnée une description, plus ou moins détaillée de l’état de conservation et du décor, ainsi que du processus de restauration (état avant restauration, analyse, traitement). Certaines illustrations permettent d’observer le travail des restaurateurs en cours et de voir les vases sous des angles inédits, ou soumis à des traitements divers (UV, rayons X).

 

         Enfin, Andrea Milanese présente et analyse l’ouvrage de Gargiulio, dont une traduction en anglais est proposée en fin de volume, Cenni sulla maniera di rinvenire i vasi fittili italo-greci, sulla loro costruzione, sulle loro fabbriche più distinte e sulla progressione e decadimento dell’arte vasaria, (édité pour la première fois en 1831, et réédité en 1843). Outre un aspect « commercial », cet ouvrage avait pour objectif précurseur d’être un traité sur les techniques anciennes de production de poterie grecque, ainsi que de proposer une approche chronologique du corpus selon le style des peintures figurant sur les vases (six styles sont distingués, illustrés par des planches de l’auteur).

 

         Comme la plupart des ouvrages édités par le Getty, un soin tout particulier a été donné à l’aspect graphique, qui constitue ici l’un des intérêts majeurs du volume, tant les illustrations sont nombreuses, belles et précises ; il est rare de pouvoir observer ainsi dans le détail du matériel archéologique sans l’avoir directement entre ses mains (les agrandissements et les  traitements photographiques permettent même une approche technique minutieuse). À l’exception du choix de rassembler les notes en fin d’article, qui complique leur consultation et leur intelligibilité, l’ouvrage est clair et facile à manipuler grâce à la table des matières et à l’index. Le catalogue constituera un outil de grande valeur pour tout archéologue ou historien de l’Art s’intéressant à ces vases en particulier ou à la céramique grecque en général.

 

 

Table des matières

 

Préface (Timothy Potts et Andreas Scholl), p. 15

Remerciements (Ursula Kästner et David Saunders), p. 17

The History of the Ceglie Vases (Marie Dufkovà et Ursula Kästner), p. 21

         Ceglie del Campo

The graves

The discovery of the Fourteen Vases from Ceglie

The collector

Koller’s Time in Italy and the Creation of the Collection

Preparation of Koller’s archeological Museum of Obříství

The Inventory

The Fate of Koller’s Collection

The History of the Vases in Berlin

The Twentieth Century: War, Division, and Reunification

Exactitude and Mastery: Raffaele Gargiulo’s Work as a Restorer (David Saunders, Marie Svoboda et Andrea Milanese), p. 43

          « The Famous Signor Gargiulio »

Gargiulio’s Early Years

Gargiulio  as « a Good-for-Nothing »? The 1818 Legislation

1818-22: An Adhesive « Superior to All Others »

1822-30: « A Practice That We Alone in All of Europe Have »

The restoration of the Ceglie Vases

Stage 1: Cleaning the Fragments

Stage 2: Assembling the Fragments (Colla ; Ceramic Blanks ; Interior Lining ; Metal Staples)

Stage 3: Overpainting and Surface Treatment

Conclusion

Catalogue (Ludmila Akimova, Ursula Kästner, Elena Minina, Sonja Radujkovic, Dunja Rütt, David Saunders, Priska Schilling-Colden, Marie Svoboda, Bernd Zimmermann), p. 67

Introduction, p. 69

Traitement des vases conservés à Berlin

         Traitement des vases conservés par le Getty

Entries, p. 75

                  Summary

Description

Condition before Treatment

Analysis

Treatment

Raffaele Gargiulo’s Observations: The Contribution of a Dealer and Restorer to the Understanding of Greek Pottery (Andrea Milanese), p. 161

Observations on How Italo-Greek Ceramic Vases Are Found, on Their Manufacture, on the Moster Distinguished Workshops, and on the Development and Decline of the Art of Vase Making (second edition, 1843) (Raffaele Gargiulo, traduit par Mark Weir), p. 167

To the Reader

Introduction

How Vases are Found

Places in the Kingdom of Naples Whre Italo-Greek Vases Have Been Found

Nomenclature of Italo-Greek Vases Adopted in Order to Distinguish Them

Of the Era When the Vases Began to Be Manufactured

Places Chosen by the Ancients for Vase Workshops

How the Clay Was Purified

How Vases Were Thrown

How Vases Were Fired

Coloring Substances used by the Ancients in Vase Painting

How Vases were Painted

Workshops That Were Particularly Accomplished in Vase Making

Vases Attributed to the First Period

Vases Attributed to the Second Period

Vases Attributed to the Third Period

Vases Attributed to the Fourth Period

Vases Attributed to the Fifth Period

Vases Attributed to the Sixth Period, I.E., to the Decadence of the Art

Plates 1-16

Bibliographie, p. 196

À propos des auteurs, p. 206

Index, p. 208