Canto García, Alberto - Cressier, Patrice (éd.): Minas y metalurgia en al-Andalus y Magreb occidental. Explotación y poblamiento
272 pp., 17 x 24 cm, ISBN : 978-84-96820-13-5, 23 euros
(Casa de Velázquez, Madrid 2008)
 
Compte rendu par Virginia Verardi, Université Catholique de Louvain
(virginia.verardi@free.fr)

 
Nombre de mots : 4313 mots
Publié en ligne le 2010-08-19
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=375
Lien pour commander ce livre
 
 


          Le présent ouvrage, fruit d’une table ronde co-organisée par la Casa de Velázquez et la Universidad Autónoma de Madrid, en dépit de son titre qui n’est qu’en espagnol, est composé de cinq articles en français, de quatre en espagnol et d’un en portugais. Le thème commun est l’étude des techniques minières ; les communications portent sur différents types de métaux : l’argent, le cuivre, le plomb, le fer, et sur des périodes variées, allant de l’Antiquité tardive à l’époque islamique (jusqu’au XVIIIe s. de notre ère). Les zones concernées par cette étude, comme le titre l’indique, sont la zone d’al-Andalus (Andalousie actuelle) et du Maghreb occidental. Une introduction au volume par les éditeurs, Alberto Canto García et Patrice Cressier, explique les circonstances dans lesquelles le congrès a été organisé et les difficultés de la recherche en matière de métallurgie antique, comme le déséquilibre des sources à notre disposition. Les deux auteurs citent pour exemple la période omeyyade dans la région d’al-Andalus, l’époque visigotique en Espagne et la situation au Maroc, mélange d’influences puniques et de traditions minières romaines ainsi que quelques exemples de sources d’investigation possibles, comme la recherche archéologique, textuelle, voire ethnoarchéologique. La recherche en matière de métallurgie et de mines apporte une lumière nouvelle sur la société des époques concernées (basse Antiquité, époque médiévale ou moderne), à la fois du point de vue de l’histoire des techniques et de celui de l’organisation sociale des différentes populations examinées.

 

 

          Le premier article, par Khaled Ben Rhomdhane, concerne l’exploitation des métaux précieux du Maghreb médiéval et l’apport des sources écrites à l’étude de la métallurgie. Les informations sur la métallurgie (« une masse de fragments et de renseignements ponctuels relatifs à la métallurgie ») ont été glanées par l’auteur au cours de son étude longue et minutieuse des manuscrits en langue arabe de la Bibliothèque Nationale de Tunis. Les premiers textes à mentionner la localisation des mines sont les textes de géographie descriptive, comme ceux de al-Yaccubi (v. 900), Ibn Hawqal (v. 977) ou Al-Bakri (v. 1094). Par la suite, ce genre cède le pas aux livres de voyage, comme ceux de Ibn cIdari (XIIIe siècle) ou Ibn Haldun (1321-1406). Les textes consultés comprennent également les traités lexicographiques, citons par exemple le Lisan al-carab d’Ibn Manzur (XIVe s.). Les textes alchimiques ont également apporté une documentation intéressante, les travaux de Gabur ibn Hayyan ou d’al-Razi fournissent un résumé de toute la connaissance métallurgique des Arabes à un stade pré-scientifique. L’alchimiste décrit par exemple les méthodes de l’affinage des alliages aurifères ou argentifères. Parallèlement, des traités de technique monétaire, dont il n’existe que quatre exemples (ex. : al-Gaznaci au XVIIIe s.) expliquent les différentes étapes de fabrication monétaire. L’ouvrage le plus ancien et le plus remarquable est le  Kitab al-gawharatayn al-maicatain min al-safra wal-bayda d’Abu Muhammad al-Hasan ibn Ahmad al-Hamdani (Yemen-IXe s.). Se servant à la fois de la documentation écrite et orale ainsi que d’ouvrages grecs, araméens, pehlevi, hindous etc., il a réuni la somme des connaissances de l’époque sur le sujet. Les autres manuscrits, tout aussi importants, donnent, outre les informations d’ordre technique sur la fabrication de la monnaie, également les peines infligées aux faussaires etc. L’auteur fait ensuite l’énumération des métaux monétaires utilisés dans l’histoire du Maghreb et de la Péninsule Ibérique en divisant son chapitre en trois parties : métaux précieux utilisés ; mines de métaux précieux au Maghreb ; exploitation minière, puis il poursuit par une description de l’affinage des métaux. Dans cette partie l’auteur décrit les différentes techniques décrites dans les quatre traités connus de technique monétaire par al-Hamdani, Ibn Barca, al-Hakim et Al-Ghaznaci. Ces quatre séries rendent compte de plus de quinze opérations concernant l’affinage du métal comme la cémentation, la coupellation ou l’amalgamation (méthode d’affinage par le mercure). Dans la dernière partie de son article, l’auteur énumère les différents instruments et produits utilisés avec la terminologie arabe correspondante. Il conclut de sa recherche que son étude des sources arabes a été fructueuse en ce qui concerne les aspects techniques, tandis que la connaissance du travail sur le site minier reste très réduite, à cause du peu de textes consacrés à l’exploitation des gisements.

 

 

          L’article de Paula Grañeda Miñón, concernant l’exploitation de l’argent andalou à Cordoue, est issu d’une thèse de doctorat. Ce bref article comprend 4 cartes concernant les sources argentifères, les mines, les périodes d’exploitation et les principales sources argentifères en rapport avec les fortifications de la région de Cordoue. Il comporte également une planche présentant des objets céramiques liés à l’exploitation minière. L’intérêt principal de l’article réside dans la recherche d’anciens sites miniers, malgré la réouverture de mines datant du XIXe siècle et la destruction de nombre d’entre eux qui en a résulté. Les sites explorés sont divisés en trois groupes : les mines ayant livré des traces archéologiques d’exploitation remontant à la période arabo-musulmane ; celles qui, bien qu’elles n’aient pas livré de restes tangibles d’exploitation remontant à l’époque étudiée, se trouvaient néanmoins dans un même ensemble minier et enfin les mines profondément altérées par des exploitations postérieures mais situées à proximité de sites remontant à l’époque islamique. La Cuenca del Guardiato par exemple est représentative de la différenciation de l’évolution des techniques minières entre le nord (Fuente Obejuna) et le sud de la région (Villaviciosa de Córdoba). L’auteur met en évidence la rareté d’objets archéologiques trouvés dans les mines mais arrive néanmoins à établir une évolution chronologique de l’exploitation des mines d’argent dans la région de Cordoue. Elle établit ensuite un parallèle entre la situation des villages liés à l’exploitation minière et ce qui se passe à la même époque dans les régions d’Afrique du Nord (Maroc) ou d’Orient (Iran, Afghanistan). En conclusion l’auteur fait quelques observations sur la protection des sites d’exploitation ainsi que sur l’apparente absence de déplacements de populations ou de formes d’esclavage liés à l’exploitation de mines d’argent, donnant de ce fait une vue complète de la situation socio-économique de l’exploitation de l’argent dans la région de Cordoue.

 

 

          L’article d’El Moussaoui El Ajlaoui concerne les techniques d’exploitation minière et métallurgique dans les mines d’argent, de cuivre et de plomb du Maroc présaharien. L’auteur prend en compte différents types de métaux, tels le manganèse, le zinc, le plomb, l’argent et le fer et montre que les mines et leur exploitation ont été très importantes pour le développement du Maroc présaharien. Elles sont situées dans des régions à forte densité de population, lieu d’émergence de grands centres urbains, et sont liées aux routes commerciales reliant l’Afrique soudanaise et le Maghreb occidental. La première partie de l’article se concentre sur la recherche et la connaissance des minerais métallifères au Moyen Âge. L’auteur étudie en premier lieu les sources littéraires à notre disposition, puis la prospection minière, les failles, les affleurements de filons et l’altération de surface, qui peuvent révéler la présence de gisements exploités par les anciens. Il s’intéresse ensuite aux techniques d’exploitation minière en prenant comme exemple la mine de Tazalaght, située dans l’Anti-Atlas, sur la route Agadir-Aït Abdallah, à une altitude de 1800 m. Dans cette mine, dont les géologues estiment à 20-25% l’exploitation, des traces du travail des mineurs anciens sont toujours visibles sur les parois des galeries (traces de burin). Un plan des vieux travaux de mine permet d’en suivre l’exploitation au cours des différentes phases, ainsi que de visualiser les puits et descenderies d’origine ainsi que les différentes galeries et carrières. Dans la partie dédiée aux méthodes d’exploitation, l’auteur détaille les outils utilisés par les mineurs, qui, fait notable, étaient fabriqués sur place comme l’indique la présence d’un moule pour burin qui correspond parfaitement aux burins découverts in situ. Les mineurs étaient donc autosuffisants du point de vue de l’outillage nécessaire à leur travail (burins, massettes, haches, houes, pinces). Parmi les autres outils découverts sur place, on compte également des lampes à huile, indispensables au travail en galerie, ainsi que les poutres de soutènement (plusieurs fragments ont été retrouvés) et des restes de vêtements de cuir des mineurs. La dernière partie de l’article concerne les techniques minières et l’auteur prend en compte deux mines d’argent et de plomb : celles d’Imitère et de Zgoundère. La première est une mine d’argent où celui-ci est présent sous formes de sulfures en inclusions très fines dans la galène, mais aussi d’argent massif (gîtes épuisés). Cette mine était exploitée en piliers en tranchées franches ou en puits individuels, mais on a également des exemples d’exploitation à ciel ouvert. La seconde (Zgoundère) a joué un rôle capital dans l’histoire du Maroc entre le XIIe et le XIIIe s. Les anciens s’intéressaient surtout à l’argent natif, qui pouvait atteindre jusqu’à 8000 g/t de métal. L’existence de failles a permis l’exploitation en galeries à partir de 25 m de profondeur, aboutissant à des chambres de grandes dimensions (10 m de largeur et 15 m de hauteur). Les mines sont sous la protection d’un fort (burğ) situé sur le point le plus élevé du site. L’ancienne ville de Zugundur devait être implantée dans le col (on y trouve de nombreux fragments de céramique, notamment glaçurée, et des objets métalliques), les fours sont un peu au dessous de la ville à l’Ouest de celle-ci et un grand nombre de scories y a été découvert. L’aire de broyage se situe encore plus bas, face aux anciens travaux, sur l’autre rive de l’oued ; comme celle d’Imitère, elle est jonchée de meules (certaines encore neuves et d’autres usagées). En dernier lieu, l’auteur examine les différents vestiges trouvés sur place (fours, fonderies, scories, creusets), qui ont été analysés afin de déterminer les capacités techniques des artisans. En conclusion, l’auteur note la présence  des centres métallurgiques autour des anciennes cités (Siğilmassa, Ifran, Tamdult et Igli) et le rapport entre ces anciennes mines et le tracé d’anciennes voies de communication  (axes Zagora-Siğilmassa et Zagora-Ouarzazate). Les vestiges archéologiques témoignent d’une longue occupation et l’activité des populations concernées par l’extraction du minerai et la métallurgie qui en découlait suppose une organisation sociale fortement structurée ; on peut même parler de « villes minières ».

 

 

          Bernard Rosenberger s’intéresse, quant à lui, aux Saints et aux mines dans le sud du Maroc entre le XVIe et el XVIIIe s. Cet article se démarque des précédents par l’intérêt porté principalement au contexte socio-économique plus qu’à l’aspect archéologique. Très peu de documents mentionnent l’existence de mines : une lettre, datant probablement de la deuxième moitié du XVIIIe s., trouvée dans la qasba d’Aguerd cite la découverte d’une mine (dont le minerai n’est pas spécifié) et l’auteur de cette lettre sollicite la bénédiction de l’arrière-grand-père du destinataire afin de pouvoir exploiter la mine ; bien que mort en 1562, sa bénédiction est sollicitée car il était considéré comme un homme sage, de haut prestige moral et connu pour son action dans des travaux d’utilité publique (puits, aménagement de chemins, construction de ponts). L’auteur cite plusieurs textes mentionnant le fait que les mines d’or et d’argent, probablement nombreuses dans le sous-sol marocain, n’auraient pas été exploitées par la volonté expresse des autorités qui craignaient que les gens, devenus trop riches, ne renient leur allégeance. L’intérêt que les Européens portaient aux richesses du sous-sol marocain constituerait également une menace justifiant le fait qu’on en interdise l’exploitation.

 

 

          Tout à fait archéologique est par contre l’article de Ricardo Izquierdo Benito qui décrit l’enclave minière métallurgique de Vascos. Dans ce site ont été découverts de nombreux restes liés à l’activité minière et métallurgique. Les analyses réalisées sur le matériel trouvé dans la ville ont démontré que le métal qui y était travaillé était essentiellement du fer. Les différents outils retrouvés comportent des pics de mineur, des massettes, de probables tuyères, ainsi que des moules à colifichets (pièces d’ornement ou petites amulettes). L’auteur a également étudié les mines situées dans les environs de Vascos (région de La Jara et Monts de Tolède) : ces recherches ont démontré que les activités minières remontaient au chalcolithique pour certains types de minerai. Déjà les auteurs antiques comme Strabon vantaient la richesse minière de la région de Tolède, les habitants exploitant l’or, l’argent, le cuivre et l’étain. De nombreux géographes islamiques ont également écrit sur le sujet des richesses minières de la région mais ils ne citent pas une mine en particulier. D’autres textes plus récents (XVIe-XIXe s.) mentionnent les mines et un recensement du début du XXe s. montre les différentes ressources de la région : phosphate, soufre, cuivre, fer, étain, or, plomb, manganèse, etc. La région de Vascos a donc été un centre de contrôle régional de la production métallurgique, en tout cas à l’époque islamique, cette présence islamique remontant au moins au Xe s. L’absence de système de fortifications bien structuré expliquerait l’apparente facilité avec laquelle les expéditions chrétiennes pénétrèrent dans cette région. Ce n’est que sous Abdel-Rahman III (époque califale) que s’organisa une ligne défensive sur le Tajo pour contrôler les centres de production minière et les voies de communication. En conclusion, l’auteur met en évidence la difficulté de la mise en relation entre les fortifications de la région de Vascos et l’activité métallurgique. De même, il est malaisé encore actuellement de déterminer si le minerai extrait était travaillé sur place ou s’il était amené à la ville pour y être transformé. Deux cas de figure seraient dès lors possibles : d’une part les fortifications exerceraient un contrôle sur la production métallurgique, d’autre part Vascos exercerait un contrôle sur la production. Pour le moment, aucune conclusion définitive n’a pu être faite par les chercheurs et la question reste encore à l’étude.

 

 

          L’article de Julian Ortega Ortega  concerne l’exploitation du fer dans la Sierra Melera (Teruel) pendant l’époque andalouse (XIe s). Il se divise en plusieurs parties : la première examine les conditions de la région (forêts, eau et minéraux), puis les antécédents (le peuplement antique). Dans une seconde partie, l’auteur examine le peuplement andalou, avec les mines et les sites miniers, puis les villages et les tours. De nombreux villages en relation avec le travail minier ont été détectés lors de la prospection des piémonts de la Sierra Menera et ils semblent souvent associés à des fortifications. Le terme de « tour » est d’ailleurs bien souvent présent dans les toponymes de la région de Teruel et de Guadalajara. L’auteur examine ensuite les installations dans les hauteurs, les fortins et les husun (fortifications). Pour ces différents types d’installations, l’auteur fournit une carte, différentes photos et un plan du fortin de El Cabezo de la Cisterna (Alba de Campo). Enfin, dans une dernière partie, il examine le cas des mineurs et des agriculteurs ainsi que les stratégies de production et d’échange nécessaires entre les deux communautés, les terres cultivables, l’irrigation et les pâturages, les forges et les chantiers à combustible (crassiers et fosses à cendres). Tous ces éléments conjugués ont permis l’identification d’une série de sites liés à la métallurgie du fer, mais souvent la chronologie reste incertaine. Dans certains cas on voit que le fer était travaillé dans les mêmes sites où était transformé le minerai, dans d’autres on a une spécialisation des tâches et un échange entre sites. Une des questions intéressantes est justement la localisation des zones de travail et l’existence d’une « métallurgie nomade ». En conclusion, l’auteur montre que les mineurs à pied de mine étaient responsables de l’extraction et du traitement d’une grande quantité de minerai, et que les communautés rurales étaient en charge non seulement de la production du fer mais également de la gestion des ressources de bois pour la réalisation du charbon ainsi que des espaces de pâture et des salines. Les husun,  qui annoncent une fiscalité d’État, font partie du panorama de la production du fer. Quant aux différentes tours que l’on trouve dans cette région, elles font partie d’un réseau de relations de communautés capables d’assurer leur indépendance de production, à la fois par des procédés miniers et agraires. On peut donc percevoir un « paysage minier » à la complexe organisation sociale.

 

 

          L’article de Maryelle Bertrand et José R. Sánchez Viciana s’intéresse à la production du fer et au peuplement de la région de Guadix (Grenade) au cours de l’Antiquité tardive et du Haut Moyen Âge. Dans la première partie de l’article, dédiée aux antécédents, deux sites datant de l’époque ibérique (IIIe/IIe s. av. J.-C.) et réoccupés à l’époque émirale fournissent des données nouvelles sur le thème de la métallurgie du fer : Cerro Zorrero (Ouest de la ville de Guadix) et Cerro Cardal (sur le piémont de la Sierra Nevada). Dans le Cerro Zorrero ont été découverts une douzaine de fourneaux de réduction et des forges, ainsi qu’un ferrier sur le flanc Est du site. La céramique présente sur le site a permis de dater l’atelier du Ve à la fin du IIIe/début du IIe s. av. J.-C. Le site du Cerro Cardal est de taille beaucoup plus imposante. Il comportait un oppidum associé à un atelier métallurgique pourvu de fours de réduction, situé à mi-pente en contrebas de la muraille. D’autres installations métallurgiques ont été identifiées en ville basse, à 400 m du village fortifié. La fortification et les ateliers encadraient une mine (de limonite et goethite) située au fond d’une petite rambla, dont seule une galerie d’accès a été explorée. La céramique associée à ce site a permis de dater l’occupation ibérique de la fin du Ve s. au IIe s. av. J.-C., mais il est possible qu’il ait été réoccupé à l’époque médiévale. La période suivante, Antiquité tardive et époque visigotique, montre un abandon de nombreuses villas et un mouvement généralisé de fortification : grandes enceintes perchées, fortifications associées à des villas ou petits refuges aménagés au sommet d’un éperon de badlands. Les sites sont datés sur la base de la céramique des VIe-VIIe s. Il semble y avoir une nette augmentation des installations métallurgiques à la fin de l’époque visigotique. Une carte présente les différents ateliers métallurgiques (fer) de la Hoya de Guadix et de la Sierra Nevada de l’Antiquité tardive/période visigotique, mais on pourrait regretter l’absence d’une légende expliquant la différence des symboles utilisés pour indiquer les sites. Une seconde carte légendée présente les sites des Ve et début VIIIe s. La caractéristique des sites des VIIe-VIIIe s. semble être une multiplicité et une dispersion des ateliers, qui ont dû permettre ensemble l’approvisionnement en fer de la région. L’auteur propose ensuite une typologie des installations : a) ateliers de montage ; b) ateliers métallurgiques des basses terres ; c) ateliers des hauts plateaux. Pour chacun de ces types l’auteur fournit une description, des noms de sites ainsi que des photos ou des plans d’atelier. Une autre partie de l’article concerne la métallurgie du fer et le peuplement. L’auteur y met en évidence la caractéristique la plus remarquable des petits ateliers de vallée ou des vici des hauts plateaux, qui est l’absence de spécialisation et de division du travail en zones précises : chaque atelier, chaque maison pratiquait  toutes les activités de transformation, de la réduction à l’affinage et à la forge. La production de fer semble étroitement liée à une production domestique autosuffisante. En l’absence de textes, il est actuellement impossible de déterminer l’organisation de la propriété, le réseau de relations de dépendance ou de contrôle qu’ont pu exercer les grandes villas ou les monastères sur ces multiples ateliers. Une des clés du problème est sans doute la propriété des mines et des ressources forestières. Les nombreuses communautés monastiques de la région (d’où les nombreux toponymes fondés sur le terme « al-Dayr ») auraient contrôlé les centres métallurgiques de la région. Ces centres religieux seraient à leur tour en relation avec des villas ou des  castella. Au Haut Moyen Âge, on voit un abandon du centre de la région et des hauts plateaux suite à l’invasion islamique qui cause d’importants changements dans l’organisation du peuplement. La totalité des installations métallurgiques semble se replier sur les piémonts de la Sierra Nevada. Les mines et zones d’extraction de surface de goethite et d’hématite sont de petite taille, dans des zones  à flanc de colline. Les fourneaux, quant à eux, sont à pied de mine. La tentative d’utiliser des minéralisations nouvelles, demandant une température plus élevée, explique l’apparition de grandes tuyères coniques en adobe. À l’époque califale, on voit un possible déclin et la disparition de la métallurgie du fer en milieu rural, l’abandon des habitats fortifiés et les refuges de hauteur au Xe s. Cette apparente récession est peut-être liée à une période de pacification et à la diminution de la nécessité de la création d’armes. À la période almoravide (XIIe s.), on voit disparaître les derniers  centres métallurgiques de la Sierra Nevada. En conclusion, cet article donne un bon aperçu des changements qui s’opèrent dans la métallurgie du fer entre l’Antiquité et le XIIe s. Il est, en outre, agrémenté de photos et de plans qui illustrent clairement le propos ; une planche montre notamment les outils trouvés dans un des sondages réalisés dans la qarya de Jolopos. Ces outils (clous, couteaux, pinces etc.) font percevoir la diversité de matériel retrouvé sur le site, mais aussi le caractère courant du fer au Xe-XIe s. et le fait qu’il n’était pas systématiquement récupéré.

 

 

          L’article de Helena Catarino est intitulé « Minas e povoamento islâmico no Algarve oriental : o território de Alcoutim ». L’auteur y cite une série de mines datant de l’occupation islamique, découvertes dans le territoire de l’Algarve (Pego de Quebradas, Cortes Pereira, Cerro do Brejo, Lourinha, Cerro da Mina, Casa Velha do Marmeleiro, Cerro Ferrarias/Covo da Mouros, Couraça, Barranco do Zambujal, Cova da Moura, Ferrarias/Cerros da Pedra e da Galina, Forra Merendas e da Herdade da Malhada, Cerro da Mina e dos Soalheiroes). Ces mines, à ciel ouvert ou en puits, étaient exploitées pour différents minerais, comme le cuivre, l’antimoine, l’argent ainsi que d’autres métaux. L’auteur fournit une carte permettant de les situer, ainsi que des châteaux omeyyades (Castelo Velho de Alcoutim, Castelo das Reliquias, C. Castelos de Altamora), construits près des cours d’eau ou de routes importantes. Le cas du Castelo Velho de Alcoutim est examiné plus particulièrement, avec une carte géologique de la région, une photographie où sont mises en évidence les mines des environs, une photographie aérienne des fouilles et une planche exposant une partie du matériel trouvé sur place (pic de fer, maillet ou marteau, percuteurs). Enfin, l’auteur étudie le territoire minier de Alcoutim et révèle la relation existante entre le territoire minier et les châteaux omeyyades, en présentant la concession de type territorial (yuz’) datant de l’époque de Muhamad Ier. La période d’abandon doit correspondre, sur la base de la céramique almohade découverte dans le site, à la fin du XIe et au début du XIIe s.

 

 

          La contribution de Juan Aurelio Perez Macias concerne la production métallurgique du Sud-Ouest d’El-Andalus. L’auteur commence par mettre en évidence le fait que dans l’historiographie de la métallurgie du Sud-Ouest de la péninsule ibérique, il n’est pas fait mention d’exploitation des coteaux miniers pendant la période arabe. La raison en était la mauvaise connaissance de l’archéologie hispano-musulmane et le faible nombre de scories dû au faible niveau d’exploitation industrielle des mines de pyrite du Ceinturon ibérique. Des fouilles entreprises dans les années 1970 au sein de la région de Huelva ont prouvé l’existence de mines exploitées notamment à l’époque almohade. L’auteur étudie ensuite les minéralisations du Sud-Ouest ibérique, décrivant en particulier le ceinturon ibérique de pyrites, ainsi que l’origine volcanique de ces minéralisations. Il examine aussi les techniques minières antiques et médiévales, se penchant surtout sur les galeries de mine. Le gisement de la Barrera (Bonare, Huelva) a pu être daté des X-XIIIe siècles à partir de matériel provenant de silos souterrains creusés dans l’argile. Souvent, les galeries de mine remontent à l’époque romaine et elles ont été reprises à l’époque islamique, d’où la difficulté de la datation. En plus des techniques traditionnelles en puits et en galerie, la technique hispano-musulmane est caractérisée par l’utilisation de qanâts, inspirés des techniques de drainage romaines, consistant en une galerie inclinée qui communique avec l’extérieur par une série de puits verticaux. Dans une troisième partie, l’auteur étudie la métallurgie médiévale, donne les résultats d’analyses de scories, et présente des formes céramiques hispano-musulmanes. En conclusion, cet article montre que la production métallurgique arabe dans la région, encore inconnue jusqu’à très récemment, devient de plus en plus visible, surtout pour les périodes almohades et almoravides. Bien que la production de fer soit prédominante, d’autres métaux, comme l’argent, étaient également exploités.

 

          La dernière contribution, par André Bazzana et Norbert Trauth, a trait à la minéralurgie et la métallurgie à Saltés et dans son arrière-pays (Huelva). L’article, illustré de nombreuses figures présentant la géographie, les plans de l’île de Saltès (avec les indices d’activités métallurgiques dans le site), des photos de concrétions ferrugineuses, des agrandissements photographiques d’échantillons, ainsi que des tableaux qui exposent les résultats des analyses chimiques réalisées. Il comporte également un élément très intéressant, qui est la prospection géomagnétique réalisée dans la partie Nord de l’île de Saltès. L’auteur donne la description des différents types de minerais disponibles (principalement des minéralisations sulfurées) : fer, cuivre, manganèse, tungstène, étain, or, argent. Des fouilles menées dans cette île ont permis la découverte d’un atelier de grillage ainsi que de différents produits métallurgiques (blocs de minerai, scories complexes, boulettes d’agglomérats artificiels). Il apparaîtrait qu’à Saltès on utilisait des minerais provenant non pas de l’île même, mais de l’arrière-pays et qu’ils étaient acheminés par barque pour y être traités. Dans le site de Saltès ont également été trouvées de grandes quantités de mollusques ayant servi à la préparation volontaire d’une boulette pour la calcination du minerai. Si la recherche archéologique a mis au jour l’existence de diverses opérations métallurgiques, elle ne permet cependant pas de comprendre l’organisation matérielle de la production ni la périodisation des techniques repérées. Le « centre minéralurgique » de Saltès a produit, entre le IXe et le XIIIe s., fer, cuivre, argent et or. L’île aurait donc produit principalement des métaux presque purs ou des alliages simples, prêts à être commercialisés.

 

 

          En conclusion, ce volume sur les mines et la métallurgie dans la péninsule ibérique arabe et dans le Maghreb occidental, fruit d’une table-ronde, fournit un grand nombre d’informations très variées et permet de mettre en évidence l’existence d’une métallurgie à l’époque médiévale islamique, encore très méconnue pour les régions étudiées. Son intérêt majeur réside dans le fait d’avoir abordé différentes disciplines (l’histoire, l’archéologie, l’épigraphie) qui fournissent des informations quasi-complètes sur la métallurgie en question, peu étudiée à travers certaines périodes jusqu’à présent. L’ouvrage montre donc tout l’intérêt d’une recherche interdisciplinaire dans le domaine de la métallurgie ancienne et démontre l’importance de la poursuite du travail.

 

 

Sommaire :

Presentatión por Alberto Canto García y Patrice Cressier, p. xi

 

Khaled Ben Rhomdhane 

Exploitation des métaux précieux au Maghreb médiéval : l’apport des sources écrites, p. 1

 

Paula Grañeda Miñón 

La explotación andalusí de la plata en Córdoba, p. 19

 

El Moussaoui El Ajlaoui

Maroc présaharien : techniques d’exploitation minière et métallurgique dans les mines d’argent, de cuivre et de plomb, p. 37

  

Bernard Rosenberger

Saints et mines dans le sud du Maroc (XVIe-XVIIIe siècles), p. 57

 

Ricardo Izquierdo Benito

Vascos : un enclave minero-metalúrgico de al-Andalus, p. 7

 

Julián Ortega Ortega

Consideraciones sobre la explotación del hierro en la Sierra Menera (Teruel) durante la época andalusí, p. 95

 

Maryelle Bertrand y  José R. Sánchez Viciana 

Production de fer et peuplement de la région de Guadiz (Grenade) au cours de l’Antiquité tardive et du Haut Moyen Age, p. 123

 

Helena Catarino

Minas y povoamento islâmico no Algarve oriental : o território de Alcoutim, p.  159

 

Juan Aurelio Pérez Maciás

La producción metalúrgica en el suroeste de al-Andalus, p. 179

 

André Bazzana et Norbert Trauth

Minéralurgie et métallurgie à Saltés et dans son arrière-pays (Huelva) : les technologies médiévales à la lumière des fouilles de la ville islamique, p. 209

 

Claude Domergue 

Conclusions, p. 245