Erceau, Jean: Les jardins initiatiques de Versailles, 324 pages, 19x19 cm, 300 ill. en couleurs, ISBN : 978-2-35278-034-2, 37 euros
(Thalia Editions, Paris 2008)
 
Compte rendu par Aurélien Davrius, EPHE, Paris
(arobace54@yahoo.fr)

 
Nombre de mots : 1044 mots
Publié en ligne le 2008-08-19
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=396
 
 

La bibliographie consacrée au château de Versailles et à ses jardins est abondante. Pourtant, le voyage initiatique auquel nous convie Jean Erceau ne ressemble en rien à tout ce qui a pu être écrit sur le sujet. S’écartant des parcours balisés de l’histoire de l’art, l’auteur, docteur ès sciences et physicien de formation, nous propose une visite basée sur les sciences occultes et l’ésotérisme. Dans la ligne directe du Pendule de Foucault (U. Eco, 1988), le promeneur est guidé dans son parcours, dans son voyage, à travers les jardins du château de Versailles. Cette visite le mènera de l’autre côté du miroir, vers une introspection personnelle entre objectivité et subjectivité.

Le récit part d’une anecdote. Le narrateur, alors âgé de quinze ans, rencontre Elouane, un vieil ami de son père, que ce dernier a invité à venir passer les fêtes de Noël en famille, avec sa femme. Le jeune homme, plus enclin aux jeux vidéos, ne se montre guère passionné par la conversation. Pourtant, il se laisse captiver au cours de la soirée par le récit d’Elouane qui explique sa vision et sa perception des jardins de Versailles. Ce moment fut même conservé en partie sur une bande sonore, bande sonore que notre jeune protagoniste réécoutera de nombreuses fois. C’est ainsi qu’à partir d’une veillée de Noël, l’intérêt et la curiosité pour les jardins de Versailles prirent forme dans l’esprit du jeune garçon.

Huit ans après cette soirée, dans la cour de marbre du château, le jeune homme attend Elouane pour une visite des jardins, pour une visite initiatique. Contrairement aux autres visiteurs, ce n’est pas un parcours historique, ou une visite artistique à laquelle se livrent les deux personnages. En suivant leurs pas, nous pénétrons de l’autre côté du miroir. Elouane, le guide, nous livre ses observations, mêlant pensée aristotélicienne, ésotérisme, alchimie et mystique. Il essaye de sensibiliser notre jeune héros à ces analyses, en lui expliquant que l’expérience initiatique commence par une sensibilisation à soi-même : la découverte de notre individualité permet de construire notre identité et d’aboutir à sa connaissance.

Les premiers pas de cette visite commencent avec Mnémosyne, dans la partie septentrionale des jardins. Déesse de la mémoire, elle annonce la Renommée du roi, et tient un miroir dans sa main gauche, dans lequel Louis XIV apparaît de profil. C’est ce même miroir que le visiteur doit franchir avant de commencer sa visite, franchissement qui symbolise la voie d’accès aux jardins initiatiques. De là, le néophyte arrive au bassin de Neptune : de l’eau, doivent jaillir la lumière et la vie.

Après son entrée à travers le miroir, le visiteur est amené à franchir plusieurs mondes. Le premier est le monde sublunaire. Il se constitue du dragon, avec les quatre éléments ; de l’allée d’Eau et des Marmousets, où l’esprit, l’âme et le corps sont entre deux eaux ; puis du bassin de Diane où, prenant son bain, l’eau lave et relave celle qui, comme la Vérité, à notre regard est cachée. Le second monde est le monde solaire. La fontaine de la Pyramide y symbolise ce qui est en bas comme ce qui est en haut et ce qui est en haut comme ce qui est en bas. Ensuite, par l’intermédiaire de Pythagore, Elouane explique que le monde est ordonné par quatre et six, et démontre le cours réglé du soleil.

V.I.T.R.I.O.L. : Visitabis Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem, Veritam Medicinam (« Visite l’intérieur de la Terre et en rectifiant tu trouveras la Pierre cachée, véritable médecine »). Cette nouvelle étape nous amène au « Connais-toi toi-même… et tu connaîtras les dieux ». Ici le parcours prend une forme tout ésotérique, faisant appel à l’Atalante fugitive de Michael Maier, au Splendor Solis de Salomon Trismosin, au Songe de Poliphile, à l’alchimie des kabbalistes et donc, à l’Opus Magnum, le Grand Œuvre. Le Grand Œuvre consiste à remonter efficacement du vulgaire de la première matière aux principiés, puis des principiés aux principiants, pour atteindre le Principe originel. Comment ? Pourquoi ? Nous sommes face aux règnes de Mercure puis de Saturne.

Ainsi, nous arrivons au royaume des dieux, nouvelle étape de ce parcours. Sur le thème des antagonismes de la nature, dont les « dualités fécondes libèrent la vie des processus chaotiques », « l’homme nu et libre se retrouve à la porte du royaume des dieux ». Poursuivant notre introspection et notre élévation spirituelle, Elouane nous transporte ensuite jusqu’aux dieux et ceux qui voulaient être dieux (rampes du Nord et du Midi), puis naturellement à Louis XIV et à sa notion toute personnelle du pouvoir : la certitude du pouvoir et le pouvoir de la certitude.

Un nouveau cycle se concentre sur la demi-lune du parterre de Latone. L’opus operandum y aborde la nymphe à la coquille avec les philosophes, cadre au développement de l’Œuvre qui ne nous a pas quitté depuis le début de ce parcours. Puis les thèmes du chevalier du Soleil et du chevalier de l’Esprit se situent respectivement en haut des Grands Degrés et au parterre d’Eau pour l’un, et sur les divinités des fleuves pour l’autre.

Après cette longue visite détaillée, dans les jardins mais également dans les sciences occultes, nos deux protagonistes arrivent au terme de leur parcours, et donc du nôtre par la même occasion, en abordant la façade du château côté jardins : Diane rejoint Apollon, Ganymède et l’aigle. En effet, si les jardins sont le domaine de l’initiation, le bâtiment central est le domaine de l’initié. La quête s’achève sur la Pierre philosophale : la galerie des Glaces, puis la chambre du Roi-Soleil, but de la quête, deviennent l’appartement planétaire. Sa disposition obéissait à un ordre rigoureusement astrologique et sa décoration s’inspirait des symboles planétaires. On entrait par le salon de Diane, sous le signe de la Lune, puis on passait dans le salon de Mars, la salle des gardes, comme il se doit. Suivait une antichambre dédiée à Mercure, le communicant. La Grande Chambre du roi était bien sûr consacrée à Apollon. Une fois ce parcours (initiatique) accompli, la cour de marbre révèle la Pierre philosophale : mais qu’en faire ?

C’est ainsi que le lecteur, suivant les pas de nos deux héros, achève lui aussi son parcours initiatique des jardins de Versailles, en traversant de la même manière le miroir. Cet ouvrage, plus tourné vers le roman narratif et descriptif que vers l’histoire de l’art au sens strict, a reçu le Prix du Livre Maçonnique 2007.