Rinaldi, Federica: Mosaici e pavimenti del Veneto. Province di Padova, Rovigo, Verona e Vicenza (I sec. a.C. - VI sec. d.C.), (Antenor Quaderni 7), pp. 630; figg. 204 b/n; 100 tavv. a colori; cm 21x29,5; ISBN 88-7140-332-0; 72,00 €

(Edizioni Quasar, Rome 2007)
 
Compte rendu par Véronique Vassal
(v.vassal@voila.fr)

 
Nombre de mots : 1792 mots
Publié en ligne le 2008-11-27
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=421
Lien pour commander ce livre
 
 

La collection Antenor Quaderni, commencée en 2002, vient avec ce volume de modifier la présentation de sa couverture. La nouvelle disposition a été étudiée pour tenir compte des multiples orientations de recherche que la collection accueillera lors de ses prochaines publications. À côté des thématiques déjà présentées dans les volumes précédents : les études sur l’image avec les actes des colloques Iconographie 2001 et 2005 (Antenor Quaderni 1 et 5), le travail sur Philostrate le Jeune (Antenor Quaderni 3), et les problèmes d’architecture dans le monde romain (les maisons de Tunisie, la Sardaigne romaine, la maison dans la Grèce romaine, respectivement Antenor Quaderni 2 lien, 4 et 6 lien), les volumes en préparation s’ouvrent sur un plus large spectre d’investigation, qui va de la recherche plus traditionnelle sur l’urbanisme aux problèmes plus récents d’informatisation du patrimoine artistique et archéologique.

Dans cette perspective, la nouvelle couverture présentera un bandeau coloré selon un code qui sera clarifié à chaque parution. Dans le cas particulier du volume de Federica Rinaldi, le choix de la couleur orange répond à l’exigence de rappeler visuellement et graphiquement la thématique de recherche, c’est-à-dire l’archivage des pavements de mosaïque d’époque romaine, réalisé avec le secours d’une base de données informatisée dénommée TESS.

 

Ce volume propose l’étude des mosaïques et des pavements de Vénétie, les insérant dans un plus ample projet de catalogage des pavements antiques, gérés par la banque de données en ligne TESS (abréviation du mot « tessera / tessellato ») : actuellement le projet implique d’autres régions, comme la Toscane et d’autres villes d’Italie, comme Trente et Rome pour n’en citer que quelques-unes. Grâce à ce système d’archivage informatique réalisé sur CD-ROM, le travail de Federica Rinaldi approfondit l’analyse, sous un profil technique et historique, de tous les revêtements  découverts en Vénétie, fournissant un important soutien aux programmes de défense, de conservation et de valorisation des biens archéologiques.
Ce volume est dédié au catalogage et à l’étude des pavements de Vénétie, en particulier les régions autour de Padoue, Vicence, Rovigo et Vérone ; il rassemble 391 pavements d’opus tessellatum, d’opus sectile et de terre cuite.  Les sols proviennent presque exclusivement d’habitations privées – domus et villae – dont les structures ne sont plus en place, et de bâtiments religieux, surtout des églises. La chronologie prise en considération s’étend du début du Ier siècle avant J.-C., période de l’introduction des premières formes de revêtement en opus tessellatum en Italie septentrionale, au VIe siècle après J.-C., en concomitance avec la pleine maturation des communautés chrétiennes.
Cette recherche constitue l’évolution d’un plus ample projet de travail, initié depuis quelques années par le groupe de recherche du Département d’Archéologie de l’Université de Padoue, coordonné par le professeur Francesca Ghedini. L’objectif de ce travail est de déterminer une méthode d’analyse pour l’étude des mosaïques, capable d’établir l’origine des schémas décoratifs, les parcours de distribution et le développement des modes locales. Dans ce contexte beaucoup de résultats ont été obtenus, certains déjà publiés afin de définir une fiche informatisée – suivant les exigences d’étude mais aussi les règles institutionnelles établies par l’Institut Central pour le Catalogue et la Documentation (ICCD) - depuis peu disponible à l’intérieur de la banque de données en ligne, facilitant l’accès, l’utilisation des archives et offrant aux chercheurs intéressés un point de départ pour leurs recherches.
La fiche informatisée représente le contenant à l’intérieur duquel a été aménagé et catalogué tout le répertoire des mosaïques retrouvées. Les résultats obtenus décrivent le parcours de formation et la définition du répertoire « mosaïstique » de la Vénétie, mettant en évidence l’apport culturel de Rome ainsi que la tradition artisanale du centre de l’Italie à l’époque des deux premiers siècles de l’Empire, puis l’éloignement de cette tradition durant la crise du IIIe siècle et surtout le moment de la « renaissance » dans le courant des IVe et VIe siècles.

À l’intérieur de ce volume sont étudiées dans la première partie (Partie I. Le répertoire de la mosaïque : technique de pavements et motifs décoratifs), toutes les techniques de pavement d’opus tessellatum, d’opus sectile et de terre cuite, selon un principe méthodologique, utilisant la « décomposition » de la mosaïque - les différentes parties qui la compose : en particulier, de l’extérieur vers l’intérieur dans le cadre de la production des pavements d’opus tessellatum (chapitre 1), l’étude des motifs géométriques des bordures (1.1.), des champs (1.2.), des éléments de remplissage (1.3.) et des thèmes figurés (1.4.) tandis que pour les productions d’opus sectile (chapitre 2) et de terre cuite (chapitre 3) l’analyse porte presque exclusivement sur la décoration des champs.
Indépendamment de la description objective des exemples et des informations techniques, recueillies et introduites dans la base de données en ligne, un cd-rom, ajouté au volume, permet pour chaque schéma et chaque motif d’étudier son évolution et propose des parallèles utiles, aussi bien pour l’établissement de la chronologie que pour l’individualisation des ateliers et le déplacement des ouvriers.
Pour faciliter la lecture une légende renvoie aux 26 tableaux « chrono-typologiques »  (1-10 hors texte, pour les bordures ; 11-26 hors texte, pour les champs), dans lesquels sont répertoriés les dessins des motifs géométriques avec les références des planches du Décor Géométrique (C. Balmelle et al., Le décor géométrique de la mosaïque romaine. Répertoire graphique et descriptif des compositions linéaires et isotropes, Paris 1985 ; C. Balmelle et al., Le décor géométrique de la mosaïque romaine. Répertoire graphique et descriptif des décors centrés, Paris 2002) ainsi que les références de continuité d’usage de ces différents motifs selon cinq phases chronologiques. À cela il faut ajouter un catalogue photographique de 100 planches numérotées en chiffres romains, où les illustrations sont en noir et blanc et en couleur, une liste des abréviations et bibliographie, des graphiques sur la distribution topographique et chronologique du répertoire décoratif des mosaïques.

Dans la seconde partie (Partie II. L’intérêt du lieu et du terrain), Federica Rinaldi décrit le processus qui a donné naissance à la base de données informatisée Tess (Chapitre 1), puis elle recompose les pavements, donnant une vision d’ensemble de la distribution chronologique et topographique du répertoire en analysant leur développement (Chapitre 2). Ainsi à l’époque impériale (Ier-IIe siècle après J.-C.), le répertoire se révèle fortement conditionné par la production de Rome, laissant peu d’espace à la créativité des ouvriers locaux, tandis qu’à partir de l’époque sévérienne (fin du IIe – milieu du IIIe siècle après J.-C.) ces derniers font preuve d’originalité et d’une plus grande autonomie.

Les aspects les plus innovants de la recherche dans cet ouvrage, sont les nombreuses perspectives apportées par  l’analyse du patrimoine « mosaïstique ».
L’auteur explicite la perspective artisanale, à l’aide de plans qui illustrent le parcours de distribution des thèmes décoratifs les plus nombreux. Il a été possible d’individualiser une première phase caractérisée par une grande dépendance à la tradition du centre de l’Italie et une seconde, où la production s’est rendue plus autonome par rapport au modèle urbain, réussissant ainsi à influencer les régions topographiquement plus proches.
De même la perspective historique, illustrée par des graphiques montrant l’indice de présence ou d’absence des revêtements de mosaïque à travers les siècles, a permis à l’auteur de confronter les données des études de mosaïques et leurs contextes architecturaux, avec les événements politiques, économiques et militaires du territoire de la Vénétie à l’époque romaine : ainsi, au cours des deux premiers siècles de l’Empire, la situation semble prospère, aussi bien du point de vue de la production artisanale, que du point de vue de la stabilité économique, attestée par les modifications architecturales des domus et des villae. Cette période est suivie par une phase de « crise » (IIIe-IVe siècle après J.-C.) qui touche de manière diverse les centres régionaux. Certains lieux se développent plus que d’autres et l’on observe des mosaïques de grande qualité, indiquant une plus grande virtuosité des ouvriers. 
Un dernier changement a été noté à partir du début du IVe siècle jusqu’au VIe siècle, quand l’Église monopolise la production des mosaïques, surtout au bord de l’Adriatique.

Les analyses de la décoration des pavements dans le livre de Federica Rinaldi sont des instruments pour rechercher aussi bien le caractère technique lié aux pratiques des ateliers et des artisans, que le caractère historique, lié à la possibilité d’apercevoir dans les exemples de mosaïque, la présence et / ou l’absence à l’intérieur des contextes d’habitations, d’un indicateur des dynamiques de peuplement et des événements sociaux et culturels.

L’utilisation de la base de données sur CD-ROM :
Le cd-rom peut être lu aussi bien sur PC que sur Mac.
Pour accéder à la base de données il faut lire attentivement les instructions et donner les réponses suivantes : Name = Tess ; Password  = Veneto.
La base est en italien, elle date de février 2007. Elle se compose de trois écrans avec onglets définissant : Édifice, Pièce, Revêtement. Chacune de ces parties est divisée en plusieurs champs.

- EDIFICE
Localisation, divisée en six sous-champs : pays, région, province, municipalité, localité, emplacement.
Description : typologie édifices (funéraire / mausolée, colombarium…), religieux, résidentiels… ; description de l’édifice…
Chronologie : chronologie spécifique ; chronologie générique
Plan de la localité avec localisation édifice
Plan de l’édifice
À droite en bas de l’écran, l’onglet pièce, permet d’accéder à la page suivante.

- PIECE
Typologie
Dimensions : longueur, largeur, manque
Description
Chronologie : chronologie spécifique, chronologie générique, motivation de la chronologie
Plan de la pièce
À droite en bas de l’écran, l’onglet revêtement, permet d’accéder à la page suivante.

- REVETEMENT
Description : dénomination, scansion, code
Dimensions : longueur, largeur, diamètre, manque, description synthétique, datation
Préparation : type, épaisseur
Analyse en laboratoire : spécificité, type
Illustration

Dans la partie basse un autre tableau à onglets se divise en sept champs :
Découverte : date de découverte, organisme responsable, dénomination de la fouille, responsable scientifique
Géo-référencement : type de localisation, coordonnées X, coordonnées Y, cote SLM, type, méthode, technique, …..
Compilation et Révision : année, nom, fonctionnaire responsable, référent scientifique
Conservation : objet, type lieu de conservation, dénomination du lieu de conservation
Bibliographie : auteur, titre, année, genre, titre contribution, page, figure
Bande de raccord : technique d’exécution, description
Unité décorative : partie de la pièce, technique d’exécution de champs, type de mise en pages.

Cette base de données sur cd-rom est un outil extrêmement précieux pour consulter les nombreuses informations collectées sur les pavements de Vénétie et de sa région, mais elle n’est pas toujours très fonctionnelle vu le grand nombre d’informations qu’elle contient. En effet, il n’est pas possible de visualiser rapidement la situation de la mosaïque dans son contexte architectural, il faut faire des allers-retours entre les trois principaux écrans : édifice, pièce, revêtement.
Cependant, on imagine le travail long et fastidieux qui a permis de rassembler toutes ces données. Cette méthodologie garantit la conservation des archives sur les pavements, elle est aussi indispensable pour le travail des chercheurs. Dans l’avenir, il faut espérer que cette méthode pourra servir de modèle pour répertorier un grand nombre de mosaïques.