Colpo, Isabella - Favaretto, Irene - Ghedini, Francesca (a cura di): Iconografia 2001. Studi sull’immagine, Atti del Convegno (Padova, 30 maggio-1 giugno 2001), (Antenor Quaderni 1), pp. 560; figg. 316 b/n; cm 21x29,5; ISBN 88-7140-223-5; 72,00 €
(Edizioni Quasar, Rome 2002)
 
Compte rendu par Stéphanie Wyler, Université de Provence
(s_wyler@hotmail.com)

 
Nombre de mots : 1330 mots
Publié en ligne le 2009-05-25
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=427
Lien pour commander ce livre
 
 

           Ce volume collectif constitue les actes d’un colloque de trois jours qui s’est déroulé à Padoue en 2001 ; il est le premier d’une série de rencontres iconographiques dont le troisième volume est paru en 2007 : Eaed. (éd.), Iconografia 2005. Immagini e immaginari dall’antichità classica al mondo moderno, Atti del Convegno Internazionale (Venezia, Istituto Veneto di Scienze Lettere e Arti, 26-28 gennaio 2005), Edizioni Quasar (Antenor Quaderni 5), Rome, 2006 et Iconografia 2006. Gli eroi di Omero, Atti del Convegno Internazionale (Taormina, Giuseppe Sinopoli Festival, 20-22 ottobre 2006), Edizioni Quasar (Antenor Quaderni 8), Rome, 2007.


           Inaugurant ces grands colloques centrés sur l’image qui adoptent progressivement une unité thématique, la rencontre de 2001 entendait présenter un état de la recherche en iconographie antique : essentiellement italienne (à l’exception de l’intervention inaugurale de F. Lissarrague), réunissant plusieurs générations de chercheurs, la version écrite a été fixée à un ensemble de quarante-cinq articles (sans compter l’introduction et la conclusion de F. Ghedini), d’une qualité nécessairement inégale, mais très riche dans l’ensemble. Cette richesse provient de la diversité revendiquée des objets d’étude et des méthodes d’analyse : tout d’abord, l’horizon chronologique s’étend de la protohistoire à l’époque contemporaine, avec une partie importante qui porte sur la récupération des images antiques depuis la Renaissance. Ensuite, les approches heuristiques les plus diverses se côtoient, depuis les analyses classiques, autour d’un thème particulier, jusqu’à des études expérimentales qui tentent, plus ou moins heureusement, de schématiser ou de systématiser la démarche présidant à la décodification d’un corpus. Enfin, les contextes (géographiques, historiques, culturels, anthropologiques, sociologiques, politiques) sont aussi variés que les supports d’images envisagés (de la céramique attique aux situles, des peintures des tombes étrusques aux sarcophages romains ou aux placages d’ivoires sur les lits funéraires).


           En somme, tout lecteur s’intéressant à l’iconographie antique tirera nécessairement profit de la lecture de ce volume. On regrette néanmoins l’absence d’index qui auraient permis de croiser plus aisément thèmes et contextes (quand bien même on avertirait des limites des classements nominalistes du type du LIMC, leur utilité reste évidente). Autre regret, les images, en noir et blanc, sont de qualité souvent médiocre, ce qui est naturellement regrettable pour un volume de cette ampleur entièrement tourné vers l’image.


           Le plan n’est pas explicité mais se révèle rapidement chronologique.

- Deux articles portent sur des images protohistoriques (R. Tarpini, « Aspetti della cultura figurativa nella cerchia hallstattiana orientale (cultura di Kalenderberg) », 17-29. L. Zaghetto, « Dalla ‘parola’ alle ‘frasi’ : unità semplici e unità strutturate nel linguaggio delle immagini. Il case dell’Arte delle Situle », 31-43).


- Six concernent essentiellement la période archaïque dans le monde étrusco-italique (M. Torelli, « Ideologia e paesaggi della morte in Etruria tra arcaismo ed età ellenistica », 45-61. A. Battista, « I sistemi decorativi delle tombe dipinte tarquiniesi di età arcaica », 63-70. L. Cerchiai, « L’iconografia della caccia nella pittura tombale di VI e V sec. a. C. », 71-78. S. Batino, « La tomba di Brygos : ancora qualche considerazione », 79-88. E. Mugione, « La selezione dei temi figurativi della tomba 1 (1974 Prop. Ferrante) di Gravina di Puglia », 91-99. R. Bonaudo, « L’ascesa di Efesto all’Olimpo : il caso delle hydriae ceretane », 101-109).


- Douze portent sur la céramique et reliefs votifs attiques archaïques et surtout classiques (I. Colpo, « Divinità ed eroi nelle metope di Thermos : una proposta di lettura », 111-122. R. Rosati, « Eracle : l’immagine e il politico », 123-134. M. Pugliara, « Alcune riflessioni sull’iconografia degli artigiani mortali e divini nella ceramica attica di VI e V sec. a. C. », 135-150. L. Fiorini, « Per fondere i metalli. Su alcune rappresentazioni vascolari attiche con scene di officina », 151-161. C. Servadei, « Scene d’inseguimento nella ceramica attica : problemi metodologici e interpretativi », 163-178. E. Giudice, « Demosion sema e resistenze aristocratiche », 179-188. M. Baggio, « La sera delle nozze », 189-199. M. Pedrina, « L’interferenza figurativa sui vasi attici. Eracle, Deianira e Nesso : la supplica tra mito e rituale », 201-211. A. Esposito, « La costruzione dello spazio nel racconto mitico : il caso dell’hydria Vivenzio di Nola », 213-224. M. Giuman, « Il cinto della regina. Eracle e Ippolita : esegesi di un episodio mitico tra rito e funzione », 225-237. A. Comella, « Testimonianze di importanti avvenimenti della vita sociale dei giovanni ateniesi nei rilievi votivi attici », 239-250. B. Parodo, « Le immagini nei rilievi votivi greci con scene di sacrificio : da un linguaggio narrativo a un linguaggio simbolico », 251-259).


- Treize s’intéressent au monde romain, de la période hellénistique à l’époque tardo-impériale (M. Menichetti, « L’ascesa du Efesto all’Olimpe : il caso del Comizio di Roma », 261-271. F. Colivicchi, « Tra banchetto, sonno e morte. Simbologie dionisiache nei letti funebri ellenistici e romani », 273-287. S. Toso, « Le cattive ragazze. Le Amazzoni, Onfale e Medea », 289-307. E. Pettenò, « Alcune considerazioni a proposito delle Danaidi e delle c.d. ‘danzatrici’ di Ercolano », 309-317. F. Marcattili, « Il cosidetto tempio di Giove Meilichio nel fregio della Casa delle Nozze di Ercole (VII 9, 47) : immagini di culto e topografia sacra », 319-330. A. Coralini, « Una ‘stanza di Ercole’ a Pompei. La sala del doppio fregio nella Casa di D. Octavius Quartio (II 2, 2), 331-343. M. Salvadori, « Orfeo tra gli animali : l’utilizzo dell’immagine in ambito ufficiale », 345-354. S. Mele, « Forme di autorappresentazione nelle stele funerarie attiche di epoca imperiale », 355-364. S. Fortunelli, « Nobilitas gentilizia e virtù civili nella celebrazione dei membri dell’amplissimus ordo : su un gruppo di sarcofagi senatorii con scene di sacrificio », 365-378. G. Gadaleta, « La danza ‘dipinta’ da Filostrato il Vecchio. Elementi iconografici e tradizioni », 379-391. A. Villi, « Motivi bacchici nella decorazione architettonica dei capitolia africani di età imperiale. Ipotesi di interpretazione », 393-404. G. L. Grassigli, « L’ipogeo degli Aureli : tra trascendenza e identità pagana », 405-417. M. Nardelli, « Iconografie pagane e immaginario domestico nella tarda antichità : Meleagro e la caccia calidonia », 419-433).


- Neuf concernent la réception des images antiques à la Renaissance (I. Favaretto, « L’immagine ritrovata. I ritratti di ricostruzione e gli artisti veneti del XVI secolo », 435-445. E. Soccal, « Sculture antiche a Venezia nel Cinquecento : Palazzo Grimani e il suo museo I », 447-455. M. De Paoli, « Sculture antiche a Venezia nel Cinquecento : Palazzo Grimani e il suo museo II », 457-465. M. De Paoli, « Restauri rinascimentali e iconografie classiche nello Statuario Pubblico veneziano. Fonti d’ispirazione per lo studio e l’accomodamento di antiche sculture frammentarie », 467-479. G. Bodon, « La Sala dei Giganti a Padova e il suo programma iconografico : metodologia e primi risultati di un progetto di ricerca », 481-494. M. L. Bianco, « Saggio di lettura di un museo cinquecentesco. La raccolta di Marco Mantova Benavides I », 495-510. N. Turatto, « Saggio di lettura di un museo cinquecentesco. La raccolta di Marco Mantova Benavides II », 511-514. L. Todisco, « Francesco Nobile da Fermo uomo d’arme e imperatore », 515-522. F. Veronese, « Caelo praefertur Adonis. Una ‘fabula’ classica nell’iconografia ceramica rinascimentale », 523-532).


- Deux s’intéressent enfin à l’utilisation des images antiques aux époques moderne et contemporaine (A. Menegazzi, « L’Antico per Immagini. Esperienze didattiche presso il Museo di Scienze archeologiche e d’Arte dell’Università di Padova », 533-539. M.G. Ciani, « Deposizione traslazione elevazione. La pietà di Sarpedonte », 541-553).


           Il ressort de cet impressionnant volume que la recherche en iconographie, en ce début du XXIe siècle, en Italie (faut-il le rappeler et sans doute le déplorer ?), révèle une approche de plus en plus systématique (aucun grand champ de production d’images ne semble manquer) et une orientation anthropologico-sociale assez nette. Comme le rappellent F. Lissarrague et F. Ghedini dans leur contribution liminaire, l’un reprenant l’historique des études iconographiques, l’autre proposant un discours de la méthode pour les années à venir, une image, nécessairement signifiante dans les cultures qui la produisent et la reçoivent, appartient à un réseau contextuel complexe et doit être interrogée en fonction d’une problématique précise, déterminée à la fois par la nature du document et par la tradition heuristique à laquelle se réfère, explicitement ou non, l’exégète. Autrement dit, on tire de l’image ce qu’on lui demande, et ce que la recherche demande aujourd’hui à l’iconographie, c’est d’entrer de plain pied dans le champ des sciences humaines, comme discipline à part entière, capable de dialoguer, malgré sa relative jeunesse et grâce à ses approches novatrices, avec les matières classiquement reines, comme la philologie, l’épigraphie ou, plus récemment, l’archéologie. Descendue de son piédestal muséal, l’image est un phénomène qui émane d’une culture, l’une et l’autre se révélant réciproquement ; et considérant le foisonnement des images dans les cultures de l’antiquité classique, bien supérieur numériquement aux textes qui ont été produits, et a fortiori nous sont parvenus, l’iconographie devient une source de connaissances du monde et de la pensée antiques d’une incommensurable richesse.


           Reste que le décodage nécessaire à l’intelligence de ces sources iconographiques nécessite encore bien des efforts méthodologiques. Iconografia 2001 en représente un, tout-à-fait louable, qui fait déjà date. On ne peut que souhaiter que les rencontres dont le colloque de Padoue a donné le coup d’envoi perdurent, s’internationalisent, et ne manquent pas de dialoguer avec les autres disciplines.