Charlier, Ph. (dir): Ostéo-archéologie et techniques médico-légales. Tendances et perspectives. Pour un "Manuel pratique de paléopathologie humaine", 684 p., 403 ill., 2008, 80 euros
(De Boccard, Paris 2008)
 
Compte rendu par Stephanie-Anne Ruatta, Université de Nantes
(sar88@hotmail.com)

 
Nombre de mots : 1661 mots
Publié en ligne le 2009-12-14
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=540
Lien pour commander ce livre
 
 

            Plusieurs travaux de paléopathologie généralement issus du domaine anglo-saxon ont déjà mis en lumière les apports considérables de cette science pour la compréhension des mentalités et des comportements des populations anciennes. L’ouvrage collectif de Philippe Charlier s’inscrit dans cette lignée. Il marque une nouvelle étape de développement durable de l’anthropologie et l’ostéo-archéologie grâce à ses perspectives novatrices pour les domaines des sciences humaines et des sciences physiques. 

 

          Cet ouvrage multidisciplinaire, second volume de la nouvelle collection Pathographie dirigée par Philippe Charlier, offre au lecteur un panorama complet des aspects pathologiques pouvant être observés sur des restes humains ; il fait également état des outils et des méthodes scientifiques qui servent à l’étude physique des ossements, des sépultures et des maladies anciennes. La diversité des sujets proposés permet aux chercheurs d’expliquer bon nombre de cas pathologiques qui se présentent à eux. L’objectif est donc d’informer, de documenter et d’interpréter les éléments permettant aux chercheurs d’accéder à une meilleure étude du matériel relatif au domaine paléopathologique. Cet objectif justifie l’organisation générale du manuel ; 42 articles et 21 encadrés, présentés sous diverses thématiques, témoignent des avancées et des connaissances actuelles dans ce domaine.

 

          Écrit dans un langage scientifique, s’appuyant sur une documentation composée d’études spécialisées, l’ouvrage aborde un ensemble de thèmes de manière concise et précise. On présente les particularités des cas étudiés, les méthodes utilisées, les difficultés rencontrées, les limites, mais aussi la portée des analyses. Ces contenus rendent compte des progrès de cette science et apporte au chercheur des renseignements importants pour l’interprétation de nombreux cas. Le lecteur pourra, entre autres, s’instruire sur le processus de décomposition du corps humain, les méthodes de la paléoneuro-anatomie, l’analyse de la composition des tissus, les analyses isotopiques des restes humains, la paléobiochimie, les méthodes de paléogénétique, la détermination du sexe, de l’âge et de certaines pathologies selon différents types de fragments organiques et de parties osseuses ou sur la paléodémographie.

 

          Dans l’ensemble, l’argumentation est soutenue par des exemples éloquents. De nombreux tableaux et images soutiennent les propos avancés. Le dynamisme de l’ouvrage réside dans la présentation des textes qui délimitent les argumentations en sections et permet ainsi de s’y repérer facilement. Cette disposition met en relief à la fois le point de vue théorique et pratique des cas soulevés, ce qui constitue un intérêt considérable au raisonnement avancé. Cette présentation ordonnée participe d’ailleurs à l’adhésion du lecteur. La présence d’une bibliographie particulièrement soignée à la fin de l’ouvrage est également fort profitable pour ses références pertinentes aux apports scientifiques des études examinées.

 

          Les apports scientifiques de cet ouvrage sont d’ailleurs abondants. Tout d’abord, les études montrent que les nouvelles techniques scientifiques (microscopie, macroscopie, spectrométrie, endoscopie, radiologie, analyses biochimiques et polygénétiques…) appliquées à la paléopathologie apportent d’importants renseignements pour établir les conditions de travail, le régime alimentaire, les migrations, l’état sanitaire ou les coutumes culturelles d’une population donnée. Par exemple, le cas des momies Chinchorro, provenant d’une civilisation néolithique du nord du Chili, illustre la portée des renseignements obtenus grâce à une étude anatomo-pathologique (p. 185). Pour mieux connaître l’origine des peaux utilisées dans la coutume funéraire des Chinchorro, il fut nécessaire de pratiquer des analyses anatomo-pathologiques.  Celles-ci ont permis une meilleure compréhension des pratiques funéraires de cette civilisation, rendant possible la résolution du problème historique et archéologique qui se posait. Ce type d’étude démontre l’importance de la paléopathologie dans la reconstitution des gestes apportés aux dépouilles. De manière générale, les études proposées contiennent des sources d’informations riches de notions primordiales et complémentaires aux sources littéraires et iconographiques.

 

          Toutefois, si cet ouvrage constitue une référence indispensable pour le chercheur, il présente certains articles plus difficiles d’accès pour un lecteur n’ayant pas acquis un vocabulaire médical précis ou des notions statistiques indispensables pour l’étude de certains cas pathologiques. Cette technicité résulte assurément du choix des auteurs d’établir certaines balises dont il est impossible de ne pas tenir compte pour leur étude. Il appartiendra alors au lecteur de faire face à ces particularités techniques en complétant sa lecture par des ouvrages lui permettant de pallier à tout défaut de connaissance du domaine visé. Il reste cependant que l’ouvrage est d’un intérêt considérable pour la communauté scientifique puisqu’il offre, comme l’indique son titre, des perspectives prometteuses pour cette jeune discipline qu’est la paléopathologie. À la lecture de cet ouvrage, on comprend que cette science apporte une réponse nuancée et plurielle à l’étude et à l’analyse des restes humains anciens. On prend dès lors conscience de l’importance et de la place que doit avoir la paléopathologie au sein du domaine scientifique.

 

 

 

Table des matières

 

Avant-propos, Durigon M., p. 9

 

Préface, Thillaud P.L., p. 11

 

Histoire de la paléopathologie, Charon P., p. 13

Méthodologie du diagnostic rétrospectif, Charon P.  p. 29

Paléopathologie « de terrain », Charlier P., p. 45

L’apport de la médecine légale à la paléopathologie, Charlier P., Durigon M., p. 55

Les apports de l’entomologie médico-légale à la paléopathologie et à l’archéologie, Charlier P., Durigon M., p. 71

Les apports de la malacologie à la paléopathologie, Karali L., p. 77

Les altérations taphonomiques et les pseudo-pathologies, Patou-Mathis M., p. 81

L’examen radiographique conventionnel et scannographique des restes humains anciens, Cotten A., Boudard S., Blondiaux J., p. 91

La paléo-neuro-anatomie, Charlier P., Huynh-Charlier I., p. 99

Moulages accidentels et volontaires des corps anciens, Charlier P., p. 101

La reconstitution faciale à partir des données crâniométriques, Vignal J. N., p. 105

Apport de l’endoscopie à la paléopathologie (tête et cou), Guerre A., Charlier P., p. 113

Analyse élémentaire des restes humains anciens : aspects nutritionnels, toxicologiques et environnementaux, Poupon J., Polet C., p. 117

Apport des isotopes stables à la paléoanthropologie, Polet C., p. 151

Les examens biochimiques complexes en paléopathologie, Charlier P., p. 165

Méthodes de la paléogénétique. Modalités de prélèvement sur le squelette et les restes momifiés, Ludes B.,  Keyser-Tracqui C., Amory S., p. 167

Quelques détails sur les prélèvements destinés aux examens de paléogénétique, Keyser-Tracqui C., p. 173

Principes de la paléoparasitologie. Modalités de prélèvement sur le squelette et les restes momifiés, Charlier P. , p. 175

L’étude microscopique des restes humains anciens, Charlier P., p. 177

Étude anatomo-pathologique (optique et MET) de trois échantillons cutanés de momies Chinchorro (Chili), Charlier P., Soto-Heim P., p. 185

Étude microscopique (optique et MEB) du liquide de décomposition solidifié, Charlier P., Lorin de La Grandmaison G., p. 189

Étude microscopique (optique et MEB) du tartre dentaire, Charlier P., p. 201

Poils et cheveux en paléopathologie et anthropologie médico-légale, Charlier P., Durigon M., p. 211

Des cheveux ou poils proviennent-ils du même individu ? L’exemple d’Agnès Sorel (1422-1450) et de ses médaillons de cheveux, Charlier P., p. 219

Paléodermatologie : lésions dermatologiques sur les restes humains anciens, Lowenstein E. J., p. 221

Approche méthodologique pour la conservation des os et des corps humains, Gabrielli N., p. 229

La différenciation d’ossements animaux et humains, Méniel P., p. 239

Liste des collections de comparaison en France et dans les pays voisins, Méniel P. (d’après Chaix, 2001), p. 245

Méthodes de l’analyse des incinérations humaines, Minozzi S., p. 249

L’indentification du sexe d’un individu à partir du squelette, Bruzek J., Schmitt A., p. 259

Quelle démarche suivre pour estimer l’âge au décès à partir du squelette ?, Schmitt A., Georges P., (avec la participation de Minozzi S. et Catalano P.), p. 269

La combinaison des informations apportées par plusieurs germes dentaires : une approche statistique, Chambaz A., p. 281

Donner un âge précis ? L’exemple des individus du caveau royal de Louis XI à Cléry-Saint-André (Loiret), Georges P., Schmitt A., p. 283

Détermination de l’âge par la méthode des anneaux du cément. Approche méthodologique, Gabard N., Colard T., p. 287

Les lésions traumatiques : dénomination, typologie, Charlier P., p. 293

La chirurgie orthopédique à Argos (Grèce). Succès et échecs d’après les cas paléopathologiques, Charlier P., p. 301

L’identification du travail infantile en paléopathologie, Charlier P., p. 309

Des lésions traumatiques sur un squelette d’immature : enfant battu, enfant malade ou enfant turbulent ?, Charlier P., Rambaud C., p. 311

L’étude des modifications de surface osseuse d’origine anthropique. L’apport des exemples historiques, Boes E., Georges P., p. 315

Exemple de description d’une lacune crânienne, Boës E., Georges P., p. 333

Actes de violence sur un sujet de la nécropole mérovingienne d’Erstein (Bas-Rhin), Boës E., Georges P., p. 337

Intérêt des lacunes crâniennes cicatrisées pour l’histoire de la violence et de la compréhension de l’anatomie du crâne, Boës E., p. 341

Reconnaître une trépanation, Jamet E., p. 351

Altérations articulaires, Billard M., p. 367

Les marqueurs ostéoarticulaires d’activité, Villotte S., p. 383

L’insertion humérale « en fosse » du muscle grand pectoral, Villotte S., p. 391

Les lésions tumorales osseuses, Fornaciari G., Giuffra V., p. 393

Un tératome mature médiastinal (Rome Ier -IIIe s. ap. J.-C.)., Charlier P., p. 413

Le diagnostic des calcifications biologiques, Kramar C., p. 417

L’hyperostose frontale interne, Charlier P., Brun L., p. 431

Anomalies ophtalmologiques et orbitaires en paléopathologie, Charlier P., p. 433

Les lésions de stress et carentielles. Analyse critique et réévaluation, Charlier P., p. 437

Un cas de scorbut dans la Rome médiévale (Tomba Bulgaria, Gerione), Charlier P., p. 449

La paléopathologie des tréponématoses, Blondiaux J., p. 453

Méthodologie de la paléodontologie, Charlier P., Tilotta F., p. 463

Déséquilibre architectural crânio-facial et ses relations avec l’occlusion et le squelette post-crânier, Hadjouis D., p. 491

Diagnostic des malformations humaines en paléopathologie, Charlier P. , p. 501

L’utilisation des caractères discrets et des maladies dans l’établissement de liens de parenté entre squelettes, Charlier P., p. 527

Le diagnostic des déformations crâniennes intentionnelles, Jamet E., Awazu M., p. 537

La paléodémographie. Gestion des données paléopathologiques et anthropologiques à l’échelle d’une nécropole, Zammit J., p. 551

La paléopathologie des sépultures atypiques : méthodologie générale et étude de cas, Tsaliki A., p. 559

La néolithisation et les modifications des lésions paléopathologiques, Zammit J. , p. 567

L’iconodiagnostic et l’histoire des maladies dans le monde gréco-romain, Gourevitch D., p. 577

 

Bibliographie, p. 589

Liste des auteurs, p. 679