AA.VV.: Arkitektur DK, 50, 6, octobre 2006 : Fornyelse af Ny Carlsberg Glyptotek, Renewal of Ny Carlsberg Glyptotek (en danois et anglais), 118 p. (= A101-A124 + p. 377-472), nombreuses figures dans le texte, 31 x 23 cm, prix : 150 couronnes (DKK)
(Arkitektens Forlag 2006)

 
Compte rendu par François Queyrel, EPHE Paris
(f.queyrel@wanadoo.fr)

 
Nombre de mots : 714 mots
Publié en ligne le 2007-03-10
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=65
Lien pour commander ce livre
 
 

Ce numéro spécial de la belle revue danoise Arkitektur (en danois et en anglais), abondamment illustré grâce au soutien de la fondation Ny Carlsberg, célèbre la réouverture en juin 2006 de la Glyptothèque Ny Carlsberg à Copenhague, une centenaire à qui cette rénovation récente a redonné toute sa beauté (voir le site du musée : http://www.glyptoteket.dk/). On trouvera ici surtout mention des travaux de restauration et de présentation de l’intérieur, mais il ne faut pas oublier que la façade a été aussi nettoyée selon la technique du gommage (http://www.glyptoteket.dk/35ab8fc0-32aa-4791-a243-199eb2142ec2.W5Doc?frames=yes). C’est en 1906 que le musée du brasseur et collectionneur Carl Jacobsen, inauguré en 1897, fut doublé d’un bâtiment sur l’arrière et qu’il fut doté d’un jardin d’hiver à la végétation luxuriante. L’architecture fait ici l’objet d’une étude précise de Carsten Thau, professeur à l’école d’architecture de l’Académie royale : le bâtiment s’inscrit dans la trame haussmanienne du nouveau Copenhague et illustre le plan clair prôné par l’enseignement des Beaux-Arts. Seule l’addition en 1996 d’Henning Larsen, destinée à abriter la collection des impressionnistes, s’écarte de ce modèle. Quelques espaces monumentaux scandent la visite : le dôme impressionnant du jardin d’hiver avec sa structure métallique et le hall marmoréen entouré de colonnades et d’une façade de temple, dont l’acoustique a été étudiée pour les concerts. La rénovation a privilégié un éclairage discret où la lumière met en valeur les sculptures antiques. Lors d’une exposition temporaire, le jeu des échos a trouvé une traduction visuelle dans le face-à-face non dénué d’humour d’un molosse placide et de la tête de sphinge archaïque dont le corps est au musée de Thasos ; elle-même tournait le dos à une tête de jeune homme du style sévère, tandis qu’un Pâris coiffé du bonnet phrygien, de Canova, regardait aimablement à l’arrière-plan en direction de tableaux danois néo-classiques (fig. p. 395). Toute la richesse de la collection est subtilement exaltée. Les collections de la Méditerranée antique sont, elles, clairement présentées, de manière plus habituelle, dans des vitrines bien éclairées, où l’éclairage artificiel cherche à recréer la lumière méditerranéenne.

Les conservateurs des antiquités grecques et romaines, Jan Stubbe Østergaard et Mette Moltesen, présentent le morceau de bravoure de cette réhabilitation, qui met en valeur le point fort des collections, la sculpture de l’Antiquité classique. La réussite complète de l’entreprise est évidente à voir les photographies de chefs d’œuvre de la Ny Carlsberg comme l’Amazone blessée, qui se détache dans une salle aux parois bleu de Prusse (fig. p. 409 : salle 8), ou la Niobide et le satyre de Praxitèle dans une salle aux murs rouge pompéien (fig. p. 411 : salle 9). Les recherches en cours sur la polychromie des marbres antiques de la collection, conduites par Jan Stubbe Østergaard, sont comme annoncées dans l’attention prêtée à la polychromie du cadre. La couleur de l’architecture des années 1900 retrouve vie et redonne vie aux sculptures antiques en les installant dans l’histoire de la collection. Il faut saluer l’intelligence des conservateurs qui ont su, avec sensibilité, retrouver les racines de l’enthousiasme pour l’Antiquité qui animait le fondateur. On visite ainsi avec agrément et passion, guidé par les meilleurs spécialistes, la nouvelle Glyptothèque Ny Carlsberg dont ce numéro spécial ouvre grand les portes.

A1-A122 : publicités

A123 : sommaire

p. 377-381 : Martin Keiding, « Tilbage til fremtiden = Back to the future » (« leder = editorial »)

p. 382-397 : Carsten Thau, « Kroppen i rummet = The body in the space » (« kommentar = comment »)

p. 398-421 : Jan Stubbe Østergaard, « Et spil med store brikker = A board with large chess pieces » (« Den antikke skulptursamling = The Collection of Ancient Sculpture »)

p. 422-427 : Mette Moltesen, « Rumfolge i farver = Spatial sequence in colour »

p. 428-435 : Jette Christiansen, « Kunsten i kulturen = The art in the culture » (« Middelhavshorisonten = The Ancient Mediterranean »)

p. 436-443 : Bonde + Ljungar (architecture), Thora Fisker Grafisk Design (graphisme), « Udstillingsdesign = Exhibition design »

p. 444-449 : Trine Blicher-Moritz, Pa tværs af stil og tid = Across style and time » (« Guldaldersamlingen = The Golden Age Collection »)

p. 450-463 : Dissing + Weitling (architecture), « Nyt foyeromrade = New foyer »

p. 464-470 : Kontrapunkt (design), « Ny skiltning pa Glyptoteket = New signage at the Glyptotek »