Mousset, Jean-Luc - De Jonge, Krista (éd.): Un prince de la Renaissance. Pierre-Ernest de Mansfeld (1517-1604) (Publications du Musée national d’histoire et d’art Luxembourg; 1), t. II. Essais et catalogue, 610 pages, hard cover, > 400 ill. coul., ISBN 978-2-87985-960-6, 68 EUR
(V. Buck, Luxembourg 2007)
 
Compte rendu par Véronique Castagnet, Université d’Artois
(veronique.castagnet@gmail.com)

 
Nombre de mots : 862 mots
Publié en ligne le 2009-04-16
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=749
Lien pour commander ce livre
 
 

            Ce beau coffret, rassemblant deux importants volumes, propose au public de revenir ou de découvrir les documents présentés lors de l’exposition « Un prince de la Renaissance, Pierre-Ernest de Mansfeld (1517-1604) » organisée au Musée national d’histoire et d’art du Luxembourg, du 18 au 10 juin 2007, et placée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi d’Espagne et de Son Altesse Royale le Grand-Duc de Luxembourg.

 

            La composition des deux volumes place au cœur du travail de l’historien, du conservateur et du scénographe, les documents d’archives, photographiés, transcrits et traduits, le cas échéant, l’ensemble étant construit de façon chronologique, grâce à un travail collectif très enrichissant.

            Le point de départ de cette exposition n’est autre que le château de «  La Fontaine » à Clausen, construit par Mansfeld à partir de 1563 et au sujet duquel deux témoignages majeurs nous sont parvenus : la traduction en espagnol d’un inventaire original en français (non localisé à ce jour) des peintures, statues et meubles du château «  La Fontaine » en août 1604 (42 pages rédigées à la mort de Mansfeld) ; des Historiae Luxemburgensis Antiquariae Disquisitiones du jésuite Wiltheim vers 1630. La postérité de son château et des collections rassemblées réside également dans le fait que Pierre-Ernest de Mansfeld a fait le roi d’Espagne, Philippe III (1598-1619) son héritier principal, et non ses propres enfants. En jeu : le maintien de la collection et l’entretien du château, d’un coût très onéreux, que ses descendants n’auraient pu prendre en charge. Toutefois, en 1604, les choses furent délicates car ces derniers réclamèrent après l’héritage... mais le roi d’Espagne en disposa, d’où l’inventaire préservé jusqu’à nos jours... Et le premier volume de ce coffret rassemble la transcription de très grande valeur et/ou la photographie de très grande qualité de plusieurs documents s’échelonnant de 1585 à 1608, de natures très variées : les inventaires déjà cités côtoient des lettres et des listes d’objets ayant appartenu au Prince (tableaux, antiquités, fontaines, statues, bijoux, tapisseries).

 

            Le second volume est plus précisément consacré aux essais historiques, en trois parties : les éléments biographiques permettant de retracer la carrière de Pierre-Ernest de Mansfeld, gouverneur du Duché de Luxembourg et du comté de Chiny, prince d’Empire, homme politique, homme de guerre et grand collectionneur d’art ; l’importance de la Cour de Bruxelles, les relations entre la famille Mansfeld, la famille Farnèse et l’ensemble de la Cour de Philippe II d’Espagne ; et enfin l’action de Pierre-Ernest de Mansfeld dans le domaine politique et militaire.

            Sa biographie, finement exposée, met en scène un militaire aux compétences multiples, originaire de Saxe et bénéficiant d’une éducation de gentilhomme à la cour de l’empereur Charles Quint. Il participe aux expéditions de ce dernier à Tunis, en Sicile, à Naples, à Rome, en Espagne et aux Pays-Bas (répression de la révolte de Gand en 1540). Aussitôt après son mariage avec une riche héritière néerlandaise, il se rengage dans les combats, cette fois contre le roi de France François Ier, au Luxembourg. Nommé gouverneur du Luxembourg, il reçoit la mission de faire respecter l’application du traité de Crépy quant aux frontières du Nord du royaume de France. La guerre reprenant, il est cette fois fait prisonnier, emmené au château de Vincennes d’où il n’est libéré que contre une rançon. À partir des années 1550, il est l’un des fidèles du roi d’Espagne Philippe II, qu’il accompagne lors des guerres picardes.

            Une rupture intervient en 1563, année de son remariage avec une jeune femme de la famille de Montmorency, année aussi du début des travaux de construction de son château «  La Fontaine ». Le service auprès du roi d’Espagne repose désormais sur des missions diplomatiques, ce qui ne l’empêche pas, ponctuellement, de prendre les armes (bataille de Moncontour 1569). Il devient l’un des appuis essentiels de la monarchie espagnole lors du soulèvement des Provinces Unies. En 1592, il est élevé au rang de prince d’Empire par Rodolphe II. En 1595, lors d’un ultime siège mené contre les Turcs, il est tué en Hongrie.

            Les travaux scientifiques menés en équipe depuis plusieurs années, et reposant sur une démarche pluridisciplinaire, aboutissent ici à la présentation de  plusieurs éléments nouveaux, enrichissant la connaissance de la société aristocratique de la fin du XVIe siècle, entre histoire culturelle, histoire matérielle et histoire militaro-politique, en passant par l’histoire des techniques. Le second volume recèle des passages très intéressants sur l’implication de Mansfeld dans l’ingénierie militaire et les techniques de la « trace italienne », les fortifications, fréquentant pour cela des experts contemporains comme Marco de Verona, lisant les ouvrages techniques correspondants. Un autre point très important est celui de l’étude des collections d’art de Mansfeld, en particulier les tapisseries et les reliures aux armes. Une autre étude novatrice propose au public les résultats des fouilles et des recherches historiques réalisées dans l’hôtel de Mérode et dans le château de «  La Fontaine » : les aménagements hydrauliques sophistiqués, les jardins, le parc à gibier.

 

            Cette magistrale publication du Musée national d’histoire et d’art du Luxembourg élève un monument à la gloire de Pierre-Ernest de Mansfeld, prince d’Empire, homme d’État d’envergure internationale et grand collectionneur d’art.