Sapin, Christian (dir.): Les stucs de l’Antiquité tardive de Vouneuil-sous-Biard (Vienne), collection des musées de la ville de Poitiers (60e supplément à Gallia), 296 pages, ISBN : 978-2-271-06857-6, 55 €
(CNRS éditions, Paris 2009)
 
Compte rendu par Alix Barbet, Ecole normale supérieure, Paris
(alix.barbet@ens.fr)

 
Nombre de mots : 1487 mots
Publié en ligne le 2009-11-27
Citation: Histara les comptes rendus (ISSN 2100-0700).
Lien: http://histara.sorbonne.fr/cr.php?cr=856
Lien pour commander ce livre
 
 

        Le titre nécessite des explications. Déjà en 2004, une belle exposition à Poitiers a été consacrée à ces stucs et, en 2007, sont parus les actes d’un colloque international qui s’y était tenu. Ces derniers ont bien déblayé le sujet, largement ignoré jusqu’à cette découverte qui remonte à 1984. Enfin, nous disposons d’une publication très complète, vingt-cinq ans après. Cet ensemble est important par le nombre des fragments, par rapport à d’autres découvertes plus modestes comme celle de N.-D. de la Place à Bordeaux, et comble un important hiatus entre les stucs gallo-romains et les « gypseries » des XVIIe et XVIIIe siècles.  


        La méthode employée par cette équipe est exemplaire. Chaque fragment de stuc a été examiné du point de vue technique, ce qui a permis entre autres de mettre en valeur les différentes couches, les différents badigeons et les peintures appliquées successivement. C’est ainsi qu’on reconstitue l’histoire de ce décor créé au VIe siècle ap. J.-C. et non pas au VIIIe siècle, comme il avait été proposé dans les premières publications partielles en raison d’une inscription posée lors des restaurations qui l’ont affectés. Nous suivons les repentirs et les caractéristiques de cette restauration tardive.

 

        Le premier chapitre est consacré au cadre historique et naturel et, grâce aux nouvelles investigations, il s’agit bien d’une villa romaine à l’origine et non pas d’une cella de temple. La description et l’interprétation des différentes phases sont suivies sur dix-huit siècles ! Coupes stratigraphiques, étude du mobilier et datation au radiocarbone de la maçonnerie permettent de dater l’abside polygonale qui a succédé aux structures antiques du IXe –Xe siècle, et donc d’éliminer l’hypothèse que les stucs la décoraient.

 

        Le deuxième chapitre traite de l’étude des stucs proprement dits : formes, motifs, caractéristiques d’exécution, analyses techniques et enfin reconstitution. Il s’agit bien d’un mélange de chaux et de sable comme dans l’Antiquité, car c’est seulement après le VIIIe siècle que le plâtre a remplacé la chaux dans la confection des stucs. L’emploi de chevilles en os pour les fixer aux murs est une originalité locale. Deux états de décor ont bien été identifiés. Le premier montre une riche palette de couleurs, issue de la tradition romaine, comme l’emploi du bleu égyptien, mais aussi le minium pour le rouge (c’est-à-dire du rouge de plomb), du vert et différents jaunes et marron. Rappelons que le bleu égyptien disparaît vers le VIe siècle, mais qu’il est encore exceptionnellement employé au IXe siècle à Rome, à Santa Maria Antiqua.

 

Pour le deuxième état, qui est un rafraîchissement, on ne trouve que des cernes rouges et noirs, des fonds blancs et toujours de l’orange. L’esthétique est donc complètement différente : douce d’abord lors de la création, quasi naturaliste, elle devient, lors de la réfection, hiératique et accompagnée de la fameuse inscription peinte qui avait fait croire à une datation plus tardive de l’ensemble. La fig. 104 montre les deux états du visage du premier personnage, le plus complet, et l’on note bien ce durcissement des traits. Toutes ces découvertes minutieuses ont pu être faites grâce à l’emploi de techniques de laboratoire par Bénédicte Palazzo-Bertholon. Coupes des enduits pour en étudier la stratigraphie, analyse au microscope électronique à balayage couplé à une sonde de Castaing, ont été complétées par la spectrométrie Raman par Claude Coupry. On ne vous fait grâce d’aucun spectre, d’aucune coupe ou stratigraphie d’enduit, mais les résultats sont là. On découvre les tracés préparatoires en rouge ou en noir, les fines incisions dans l’enduit frais pour les zones destinées à recevoir les stucs qui sont collés au lait de chaux. Le bleu égyptien résulte de déchets de bronze, car ils sont un alliage de cuivre et d’étain. La restitution du décor est monumentale, même si elle est très partielle. On repère deux types d’arcades, accompagnés de chapiteaux et de colonnes, avec variantes, et des accessoires comme des canthares, des festons végétaux, pampres, rosettes, entrelacs, et même des croix pattées et des fleurons ou calices dont certains ne prennent pas aisément place dans l’architecture des arcades qui abritaient des personnages. Chaque personnage est reconstitué avec tous ses fragments qui permettent de juger du degré de fiabilité de la forme, de la silhouette et des attributs. Un seul tient un livre ouvert, les autres un volumen ou un bâton et, comme il y en a onze restitués, on pensera évidemment plutôt aux douze apôtres. Il y a deux agneaux marchant en sens contraire et peut-être donc affrontés. On a du mal à se repérer parfois, car la même plaque numérotée sur le dessin ne l’est pas sur la photo. Une identification nous paraît douteuse, celle d’un stipe de palmier, en raison d’un tronçon d’écailles qui ressemble à un autre qualifié de rinceaux (fig. 65 et 66). Il s’agit d’un répertoire très stéréotypé qui est confronté à d’autres ensembles connus à la même époque et examinés dans le chapitre trois.

 

        Toujours dans ce gros chapitre deux, le dossier épigraphique présenté par Cécile Treffort analyse minutieusement chaque type d’écriture : une petite noire et souple, une plus grande rouge, anguleuse, qui énumère des saints romains et qui prouve l’introduction du culte des martyrs en Aquitaine au VIIIe siècle. La discordance avec les stucs plus anciens s’explique alors par une réfection magistralement démontrée par la convergence de toutes les observations à l’ œil nu et par les analyses physico-chimiques. Se pose alors la question d’un apport de reliques, qui aurait entraîné la modification du lieu. L’étude détaille ensuite la renommée de chacun de ces martyrs en Occident et à Rome. Cette remise en perspective historique, à partir de simples inscriptions peintes, ouvre sur la politique de romanisation de l’Église franque par Pépin, puis par Charlemagne en Aquitaine, avec un développement des cultes et l’accueil de reliques romaines. Cela dit, les saints inscrits ne se réfèrent pas aux personnages en stuc, semble-t-il, car ces derniers sont tous masculins alors que parmi les noms déchiffrés figurent deux saintes. On conclut donc qu’un renforcement général des lignes du décor de stucs a accompagné l’inscription rajoutée pour donner un nouveau sens à l’ensemble.

 

        Dans le chapitre trois, Christian Sapin replace les stucs dans un contexte archéologique et historique. Les arcades abritant des personnages vus de face, les types de chapiteaux et de feuilles sont présents ailleurs, à Ravenne, à Porec, à Saint Martin de Tours, qui datent tous du VIe siècle ap. J.-C. Les illustrations bien choisies montrent côte à côte les fragments de Vouneuil et des documents de comparaison qui permettent de proposer une restitution pour certains motifs incomplets et de confirmer l’influence de l’école de Ravenne. Des rapprochements sont proposés avec des devants de sarcophages antiques, y compris d’Aquitaine, et la question se pose de savoir s’il s’agit d’apôtres ou de prophètes, qui sont représentés jeunes et imberbes à Ravenne, par exemple au baptistère des Orthodoxes. Il n’y a pas de subordination visible, donc pas de présence avérée du Christ. Pourtant, un seul présente un livre ouvert, qui pourrait symboliser la Bonne Nouvelle qu’il a apportée. Certains motifs restent isolés, les agneaux sont-ils affrontés de part et d’autre d’un canthare, d’une croix, d’un personnage ? De même les oiseaux sont-ils liés aux rinceaux ? La restitution globale propose trois registres superposés : une peinture à panneaux, des colonnes lisses, des arcades au sommet avec des personnages, et cet agencement est bien plausible par comparaison avec des édifices du Sud-Ouest connus au Ve siècle, comme Sainte-Marie La Daurade à Toulouse. Le bâtiment qui en était décoré n’a pas été retrouvé ; l’abside à pans coupés envisagée dans un premier temps est postérieure et ne peut pas avoir logé cette composition monumentale. La datation découle de l’ensemble des critères examinés minutieusement comme nous l’avons vu et un dernier argument est imparable : l’analyse au carbone 14 des esquilles d’os fixant les stucs donne un pic de probabilité de 450-550 ou de 400-550. Le décor a donc été posé entre la fin du Ve et le début du VIe siècle ap. J.-C. Enfin le contexte historique rappelle les grandes figures du temps, comme Saint Hilaire, Fortunat, la reine Radegonde qui fonda Sainte Croix à Poitiers. L’apport des textes montre que la ville est au cœur des luttes contre l’arianisme, ainsi la bataille de Vouillé gagnée en 507 par les Francs.

 

        Les annexes, très riches, présentent une série de catalogues des objets retrouvés, monnaies par Jean Hiernard, enduits peints et stucs par Christian Sapin, Bénédicte Pallazzo-Bertholon et Gilles Fèvre, inscriptions par Cécile Treffort, et le complément d’analyses pour caractériser les matériaux par Bénédicte Palazzo-Bertholon, qui ont joué un rôle essentiel.

 

       Ce livre très complet est le résultat d’un travail d’équipe où les compétences combinées de chacun - analyses de terrain, celles de laboratoires, connaissance archéologique, artistique et historique - se confortent les unes les autres. Elles contribuent à resituer et restituer ce décor dont on ne pouvait à l’origine espérer qu’il en apprendrait autant sur un moment de l’histoire du stuc si mal connue entre Antiquité et Moyen Âge.